Abonnez-vous
Publié le

Gaves Adour et TotalEnergies innovent avec le photovoltaïque flottant

Trois projets de centrales vont voir le jour en 2024 dans le Béarn, grâce à la collaboration de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour (UPPA), du Conseil départemental et de la Chambre d’agriculture…
Le Centre scientifique et technologique Jean-Feger (CSTJF) à Pau et le Groupement d’intérêt économique Gaves Adour ont présenté ces trois installations prévues à Boueilh-Bouelho-Lasque, Arzacq-Arraziguet et Doazon.

Le GIE Gaves Adour regroupe 63 associations de propriétaires de lacs et de réseaux collectifs dans les Pyrénées-Atlantiques. Il représente près de 1.300 exploitations agricoles locales, avec comme vocation la mise en commun de moyens pour pérenniser les installations existantes.

La signature de ce partenariat entre le CSTJF et le GIE Gaves Adour est le résultat de deux ans d’échanges. Son objectif est le co-développement, la construction et l’exploitation de centrales photovoltaïques flottantes innovantes. Pour l'atteindre, les deux parties ont fait appel à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour (UPPA) et à la Chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques.

Le projet TeRa 64 du GIE Gaves Adour, fait partie des 22 initiatives retenues par le dispositif TIGA et porté par une candidature commune des Conseil départementaux des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées.

Il se divise en trois thématiques : la solarisation de bâtiments agricoles, l’agrivoltaïsme et la solarisation flottante des lacs d’irrigation, qui intègre précisément les centrales photovoltaïques en question.

Trois premiers sites sélectionnés…

Trois premiers sites ont donc été retenus pour l’implantation de centrales photovoltaïques flottantes. Il s’agit d’un lac de 19 hectares à Boueilh-Bouelho-Lasque (au nord de Pau). Une centrale photovoltaïque flottante de 2.4 hectares y sera installée, pour une puissance comprise entre 3 et 5,2 MW (ce qui équivaut à la consommation électrique de 2.350 à 4.300 personnes).

La deuxième centrale sera située sur le lac d’Arzacq-Arraziguet (14 hectares), où 3,2 hectares de panneaux solaires seront installés, pour une puissance comprise entre 3 et 4 MW. Enfin, le dernier lac sélectionné se trouve à Doazon (au nord de Mourenx). 6 hectares seront utilisés sur les 26 hectares de superficie totale, offrant une puissance maximale de 7.7 MW.

Encore en phase d’étude, les travaux de ces centrales solaires flottantes débuteront en 2024, pour une mise en service estimée au courant de 2025. Au total, ces trois projets pourront générer une puissance maximale de 17 MW, pouvant alimenter en électricité verte 14.000 personnes.

Illustration du projet de centrale photovoltaïque flottante pour le projet TeRa 64- Innopy

Des technologies innovantes…

Au sein de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, le Laboratoire de Thermique, Energétique et Procédés (LaTEP) travaille sur la problématique de la transition énergétique en effectuant des recherches.

Cinq chercheurs s'occupent de la fabrication d’un prototype de centrale photovoltaïque flottante, mettant en œuvre deux innovations importantes. Tout d’abord, l’équipe du laboratoire s’est heurté à la thématique de la structure de la plateforme, qui doit être capable de s’adapter à la taille et la forme des lacs. Elle a pour cela développé des modules composés chacun d’une cinquantaine de panneaux solaires bifaciaux (capables de capter la lumière qui se reflète à la surface). Une fois assemblés, ces modules formeront une centrale unique.

La seconde innovation apportée aborde l’évolution du niveau des lacs, en fonction de saisons. Le LaTEP a élaboré une technologie permettant à la centrale photovoltaïque de suivre le niveau de l’eau et de s’orienter en fonction de la position du soleil, grâce à des bardages immergés et un treuil qui déroule ou enroule les câbles de la centrale solaire.

…qui réunissent les forces vives du territoire

Pour Thierry Renard, directeur du CSTJF « il est clair que la transition énergétique ne peut se faire que collectivement. Ce partenariat réunis pour la première fois un grand groupe international, les collectivités locales, le monde universitaire et le monde agricole ».

Il s’agit donc ici de fédérer les différents acteurs pour mutualiser les compétences, les connaissances et impulser une dynamique d’innovation pour permettre au territoire de s’ancrer dans la transition énergétique. Le GIE Gaves Adour amène son expertise sur les lacs, TotalEnergies apporte ses connaissances en ingénierie, en construction et en maintenance, et le laboratoire de l'UPPA s'occupe de fabriquer les prototypes.

« Si c’est trois projets sont présentés au public aujourd’hui, c’est grâce à l’investissement de tous les acteurs présents. Ces coopérations doivent nous permettre demain d’aller plus loin », tient à souligner Bernard Layre, le président de la Chambre d’Agriculture des Pyrénées-Atlantiques.

Et Jean-Jacques Lasserre, président du Conseil départemental, d’ajouter « Ce territoire dispose d'un foisonnement impressionnant de talents. A nous de construire les ponts pour inventer le futur ».

Des enjeux multiples…

Pour l’UPPA, le CSTJF, le Conseil départemental, le GIE Gaves Adour et la Chambre d’agriculture, ce projet vise à créer de la valeur, de nouvelles initiatives, et innover sur le territoire. « Dans ce projet, il n’est pas uniquement question de produire de l’électricité verte. Il y a une dimension supplémentaire qui fait la différence », note Thierry Müller, le directeur général de TotalEnergies Renouvelables.

En effet, ce type de centrale est en symbiose avec son environnement : en captant l’énergie solaire, elle va permettre de réduire l’évaporation de l’eau et de faire baisser la prolifération de cyanobactéries dans les lacs. A l’inverse, l’eau va refroidir les panneaux solaires et ainsi d’augmenter leur rendement.

Enfin, ces centrales flottantes vont permettre de valoriser des surfaces inexploitées- les lacs, tout en apportant des retombées économiques aux propriétaires et ainsi pérenniser les différentes activités liées à ces milieux. « Ces projets donnent les moyens à l’agriculture de s’inscrire dans la durée. Nous ne pouvons pas ne pas être acteur des enjeux à venir », ajoute Guy Estrade, président du GIE Gaves Adour.

À lire aussi

Commentaires


Réagissez à cet article

Les commentaires seront bientôt à nouveau disponibles sur notre site. En attendant vous pouvez réagir à nos articles en nous envoyant un email.