INDEX

Le facteur claironne toujours au moins deux fois !

Le 27 Sep. 2019

C’est un facteur, un artisan, installé depuis peu à Larressingle. Son métier ce ne sont pas les lettres et les colis, ce sont les notes et les clavettes…

Rubriques :

Martial Maigret (52) est facteur d’instruments à vent en cuivre et en bois. C’est lui qui donne vie au son, l’entretien ou le répare. 


Après des années d’écoles, d’études et d’apprentissage, en musique et chaudronnerie d’art et son tour d’Europe des grands ateliers de facteurs d’instruments, Martial a choisi de vivre pleinement sa passion pour les instruments à vent, en cuivre et en bois : les trompettes, trombones, clairons, saxophones, cor de chasse, tuba, clarinettes, hautbois……

Mais comment devient-on facteur d’instrument de musique ? D’abord, il y a bien sûr la musique qu’il faut aimer passionnément, intrinsèquement. Et puis au lieu d’en jouer, on choisit de donner vie à ces instruments, de les soigner, de les réparer, de les entretenir. C’est peut être leur âme, leur souffle que l’on cherche à pérenniser.


Martial a parcouru l’Europe pour apprendre son métier. Puis, après ces années de voyages, il a choisi avec sa compagne de poser ses outils, ici, à Larressingle dans le calme et la douceur gersoise. Il a été accueilli à bras ouverts par le maire, et ses habitants, contents de voir naître une nouvelle activité créatrice de valeur. Depuis son installation, la clientèle a suivi car c’est une clientèle internationale. Et c’est dans son atelier qu’on lui envoie des quatre coins d’Europe des instruments à réparer, à régler, à restaurer.


Mais plus encore que l’aspect technique, Martial préfère parler d’un atelier de recherches ; recherche d’un son personnalisé pour chaque instrument. Donner au son une couleur, une texture unique à chacun, du sur-mesure comme de la haute couture pour chaque musicien. N’est-ce pas justement cette finalité que ces virtuoses recherchent quand ils jouent ? Produire à l’infini un son d’exception qui leur ressemble ? Un son miroir de leurs émotions les plus profondes ?

Comme dans tous ces métiers d’art, il y un moment où l’on doit transmettre, créer des vocations, au risque de voir disparaître des talents et un savoir faire uniques. Alors Martial a le projet d’inviter chez lui régulièrement des groupes, des écoles, pour leur transmettre sa passion. Une façon aussi d’expliquer à des jeunes que l’on peut vivre de sa passion pour la musique sans être forcément un virtuose de concert.


Alors si vous aussi, vous passez par ce joli village fortifié, passez la porte de chez Martial, venez observer et partager sa passion.

Photos : Marc Le Saux

 


Article réalisé avec le Journal du Gers et Eric Kawan

Suives l’actualité du département sur le site du Journal du Gers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *