INDEX

ENCHERES - Ramiro Arrue avec les artistes basques et landais

Le 03 Juil. 2020

A Saint-Jean-de-Luz, les commissaires-priseurs Lelièvre-Cabarrouy proposent deux ventes de prestige avec du mobilier, des objets d’art et des tableaux tout à fait remarquables…

Rubriques :

Un rendez-vous avec Côte Basque Enchères à ne pas manquer ce week-end. Samedi 4 juillet, du mobilier et des objets d’art seront mis en vente ; dimanche 5 juillet, 300 lots mettront à l’honneur le régionalisme basque et landais.


Ramiro Arrue – Le Txistulari

Plusieurs œuvres de Ramiro Arrue seront donc proposées aux enchères, accompagnées d’une sélection d’œuvres de peintres basques et landais, comme Louis Floutier, René Choquet, Mauricio Flores-Kaperotxipi et Jean-Roger Sourgen.

« À la vue des quelques œuvres de Ramiro Arrue présentées lors de cette vente, on comprend l’attachement des collectionneurs de peinture basque à cet artiste » souligne Caroline Legrand dans La Gazette Drouot. « Ainsi, dans le Danseur à l’épée (ci-dessus), il s’intéresse à une scène typique du folklore régional ; ces danses traditionnelles s’exécutent en chaîne et sont plus des commémorations et des moments d’échange, que des manifestations guerrières, même si les hommes effectuent des mouvement de jambes impressionnants en ciseau ou en roue ».


Ramito Arrue – Place du Village au Pays Basque

« Mais Ramiro Arrue ne se contente pas de dépeindre une scène classique décrivant les coutumes de son pays : il crée une composition totalement novatrice pour ce type de représentations, portant le danseur en blanc au premier plan – les musiciens vêtus de noir semblant des spectateurs –, tandis qu’il se contente d’évoquer l’architecture locale. Il offre ainsi à cette toile une dimension monumentale et lui confère une esthétique bien particulière, à la fois stylisée et dynamique, qui s’inscrit pleinement dans la période art déco. Petit supplément d’âme basque, la toile possède par ailleurs un cadre en chêne sculpté de style régional.


Ramiro Arrue – Retour de fête

« D’Arrue, on proposera encore Le Débarquement de la pêche, une huile sur panneau attendue à 25 000/30 000 €, la Place du village au Pays basque, une gouache à 6 000/8 000 €, et un touchant portrait, Le Txistulari, peint à l’huile sur papier (même estimation). Autant d’occasions d’acquérir une œuvre de ce peintre emblématique, des plus convoités sur le marché. Avec ses trois frères, également artistes, Ramiro Arrue œuvre très tôt à la promotion des arts basques de par le monde. Né à Bilbao, il s’installe dès 1915 à Saint-Jean-de-Luz puis Ciboure, où il installe son atelier sur la colline de Bordagain. Sans cesse, il parcourt l’arrière-pays, poussant jusque dans le Béarn, l’Ariège et la Navarre du Sud… En 1922, il crée, avec Veyrin et le commandant Boissel, le Musée basque de Bayonne. Les commandes affluent de France et de l’étranger, et il effectue même un voyage triomphal en Amérique du Sud…


Mauricio Flores-Kaperotxipi – La Grand-Mère et le jeune garçon au béret

« Son succès devait aussi profiter aux autres artistes basques, tels Louis Floutier, présent ici avec un Rendez-vous à la fontaine prisé 6 000/8 000 €, et Mauricio Flores-Kaperotxipi, dont La Grand-Mère et le jeune garçon au béret est attendue à 5 000/6 000 € ».


Commissaires-priseurs Lelièvre-Cabarrouy

Samedi 4 juillet à 14h, vente de mobilier et d’objets d’art, art déco, design, argenterie, verrerie, tableaux…

Dimanche 5 juillet à 14h, vente de tableaux basques et landais, céramiques, tauromachie…

Maison de Vente, 8 rue Dominique Larréa à Saint-Jean-de-Luz
Informations sur le site internet, cliquez ici


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *