INDEX

Raymond Cabiran, roi des tourteaux de l'Astarac

Le 26 Avr. 2019

Depuis les années 1900, cette spécialité boulangère s’est imposée comme le dessert privilégié au moment de Pâques. La confrérie a rendu son verdict…

Rubriques :

À partir des Rameaux, le tourteau occupe les boulangeries. Mais son histoire remonte bien au-delà, puisqu’il aurait son origine chez les paysans qui amélioraient ainsi leur pain ordinaire.


Ils cuisaient le pain chaque dimanche pour la semaine, agrémentant  certaines pièces d’œufs et de beurre. Depuis, la recette a été reprise par les boulangers et chacun a développé en secret un petit tour de main ou un savoir-faire pour améliorer la texture, la conservation, l’aspect ou le parfum : des astuces qui font la différence d’un artisan à l’autre et qui ont permis aux tourteaux d’éviter la standardisation voire l’industrialisation.


Ainsi, le tourteau a su garder son caractère de terroir. Cette spécialité que l’on ne peut pas appeler gâteau, a connu son heure de gloire au début du siècle dernier où l’on venait en train d’Auch pour le grand marché de Pâques de la sous-préfecture. Tombé en désuétude durant quelques décennies, Il est revenu en force sous l’impulsion du comité des fêtes à partir de 1991 aujourd’hui certains boulangers en proposent tout le long de l’année.

 


La confrérie a livré son palmarès…

Après de longues opérations, les membres de la confrérie ont annoncé le verdict devant de très nombreux gourmands et gourmets venus là pour déguster, en ce lundi de Pâques, les tourteaux de l’Astarac.

Et le roi des tourteaux pour l’année 2019 est Raymond Cabiran, de la boulangerie éponyme, rue Gambetta, à Mirande.

Deuxième à quelques points, la boulangerie pâtisserie La Tropézienne d’Auch. Sur le podium également, un habitué qui a déjà inscrit plusieurs fois son nom sur le trophée, la Boulangerie Baqué Pérès de Clermont-Pouyguillès, vainqueur en 2016 notamment.


On retrouvera le trophée en bonne place dans la vitrine de la boulangerie Cabiran jusqu’au 13 avril 2020. Date à laquelle le trophée sera remis en jeu pour la 30ème année consécutive.

Occupé dans sa boulangerie à vendre les derniers tourteaux du week-end, c’est le fils de Raymond Cabiran qui est venu chercher le trophée remis en présence d’André Daguin, un fidèle de cette fête, et Pierre Beaudran, maire.

Photo : Jean-Dominique Fournet


 

Article réalisé en collaboration avec le Journal du Gers

Suivez l’actualité du département sur le site du Journal du Gers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *