INDEX

Une nouvelle Eurorégion transpyrénéenne

Le 25 Nov. 2018

Les Hautes-Pyrénées, les Pyrénées-Atlantiques et l’Aragon ont décidé de développer une coopération en priorité autour des filières du tourisme et de l’hydrogène…

La création du Groupement européen de coopération territoriale Pirineos-Pyrénées est officiellement lancé, à cheval sur trois régions : l’Occitanie, la Nouvelle-Aquitaine et l’Aragon.


Son objectif majeur est de mieux faire connaitre ces territoires en Europe et dans le monde. Mais également de d’innover sur le plan des mobilités, notamment autour de l’hydrogène.

La décision a été confirmée en fin de semaine dernière au Conseil départemental des Hautes-Pyrénées. Ce groupement va ainsi initier une collaboration avec le Département des Pyrénées-Atlantiques et renforcer celle avec la Communauté Autonome d’Aragon.


Les enjeux du tourisme et des mobilités…

La réunion des 3 territoires va permettre de développer une très intéressante destination, de dimension internationale. La diversité des offres des deux côtés des Pyrénées, la présence des sites les plus réputés du massi et la forte identité de chaque territoire constituent des atouts majeurs pour attirer des visiteurs du monde entier.

Ce groupement bénéficiera également de moyens financiers plus puissants, avec notamment des budgets européens en perspective.


Côté mobilités, les partenaires veulent imaginer de nouveaux modes de déplacement innovants et respectueux de l’environnement. Cela concerne le transport de marchandises comme les trajet des particuliers, avec notamment la promotion des énergies propres.

La filière hydrogène pourrait être au cour de cette coopération avec notamment le « corridor européen » qui fait l’objet d’une expérimentation sur 900 km, entre la France, l’Andorre et l’Espagne. Il prévoir l’équipement de stations de production et de distribution, pour promouvoir l’hydrogène mobilité sur un réseau grandeur nature. Un projet qui intéresse particulièrement les chercheurs installés sur le bassin de Lacq.


Parallèlement, la présidente de la région Occitanie a proposé que Tarbes soit au cœur de la fabrication des trains à hydrogène du futur conçus par Alstom. Ils doivent être testés en région pour viser une homologation en 2022, afin de remplacer les TER diesel.

Cette nouvelle entité se substituera à trois autres structures : le consortium du tunnel d’Aragnouet-Bielsa, le groupement européen de coopération territoriale entre la province de Huesca et le département des Hautes-Pyrénées, et le groupement de coopération territoriale entre le département des Pyrénées-Atlantiques et le gouvernement d’Aragon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *