Abonnez-vous
Publié le

ENTREPRENEURS SOLIDAIRES – Sarah Langner et Marelha

A 28 ans, la Tarbaise a innové en créant la première agence de développement textile pyrénéenne. Aujourd’hui, elle s’implique avec enthousiasme dans cette démache…
Sarah Langner
Créé en février 2019, le bureau de développement textile Marelha propose aux acteurs du secteur textile des matières naturelles et/ou recyclées 100% françaises.

Trois mois auparavant, Sarah Langner avait décroché le 4e Prix de Start’in Pyrénées. Désormais, son entreprise est une référence pour son engagement autour de la recherche de solutions textiles écoresponsables, éthiques et innovantes.

« En un an et demi, Marelha s’est beaucoup développée. Nous collaborons avec HMT [ndlr : une start-up également lauréate de Start’in Pyrénées en 2018] et nous avons créé un groupement d’intérêt économique (GIE) qui rassemble 12 éleveurs de race Auroise pour mutualiser notre stock annuel de laine », explique Sarah Langner, présidente de l’agence.

Marelha accompagne également les différents acteurs du secteur textile dans leur développement produit, et réoriente leur sourcing sur des matières locales et responsables. Son objectif premier est de « réintroduire » les laines françaises dans le paysage industriel textile français.

Comme toutes les entreprises, Marelha est fortement impactée par la situation actuelle : « En 2020, nous voulions investir dans l’entreprise. Mais avec l’épidémie, nous avons dû retarder ces investissements. De plus, notre agenda s’est beaucoup allégé, car de nombreux ateliers sont fermés », souligne Sarah Langner.

Lorsque PresseLib’ l’a contacté pour lui présenter la démarche, la fondatrice de Marelha a tout de suite répondu présente. « Il faut se serrer les coudes et faire passer l’humain avant le business. Il n’y a qu’en étant solidaire qu’on peut s’en sortir ».

En intégrant la démarche Entrepreneurs Solidaires, Sarah Langner compte aider à sa manière les entrepreneurs qui le souhaitent, en leur apportant un regard extérieur et en les conseillant sur la logistique. « Je n’ai pas connu de crise en tant que chef d’entreprise, mais j’espère sincèrement pouvoir aider les dirigeants qui vont me contacter ».

Son conseil pendant le confinement ? « Prendre le temps de travailler sur des projets laissés de côté, penser à l’avenir de son entreprise et la direction que nous voulons lui faire prendre ».

Plus d’information sur Marelha - cliquez ici

Pour en savoir plus sur la démarche Entrepreneurs Solidaires, cliquez ici

 

Commentaires


Réagissez à cet article

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire

À lire aussi