INDEX

En Chalosse et Béarn, c’est le temps du kiwi !

Le 09 Nov. 2017

Au pays de l’Adour, 350 kiwiculteurs vont en cueillir 20.000 tonnes, sur 600 hectares de cultures, soit 25% de la production nationale.

Qui aurait pu penser, il y a une cinquantaine d’années, que le kiwi allait devenir l’un des fleurons de la production de fruits aquitains ? A tel point qu’il est ici le seul kiwi à bénéficier de la double certification Label rouge, et Indication géographique protégée. Respect.


Une belle histoire, comme souvent, puisqu’à l’origine, on trouve l’obstination d’un arboriculteur, Henri Pedelucq, le premier à avoir eu l’idée d’implanter le kiwi, originaire de Chine, en nos contrées.

Depuis, 350 producteurs ont suivi sa trace, et le kiwi de l’Adour jouit d’une excellente réputation. Sa production a lieu sans un bassin qui s’étend sur un rayon de quinze kilomètres autour de l’Adour, entre les Landes et les Pyrénées-Atlantiques. C’est là que sont réunies les conditions optimales pour le développement de la plante, avec des sols riches et un climat océanique doux et humide.


Côté présentation, les vergers poussent en formant une tonnelle à plus de deux mètres de haut, tandis qu’il faut à l’arbre six ans pour arriver à maturité. La taille a lieu en hiver, l’éclaircissage l’été, afin de limiter le nombre de fruits et obtenir un meilleur calibre. Et ce n’est que début novembre, soit maintenant, que la récolte a lieu, les fruits étant arrivés à leur maturité optimale.

Plus de cinq cents cueilleurs, venus d’un peu partout, Espagne, Portugal, Pologne, sont attendus sur les vergers, afin de récolter des fruits de 60 à 130 grammes, qui s’en iront mûrir quelque temps avant d’arriver sur nos tables et même bien au-delà, puisqu’on en trouve à Taiwan ou en Chine et dans 33 autres pays.


Normal, le kiwi est considéré comme un « superfruit », très parfumé, connu pour son pep’s et son apport en vitamine C (celle anti-oxydant), qu’il est préférable de consommer cru, découpé à la main, et que l’on trouve de plus en plus en pâtisseries, cuit ou cru, en mousse ou en sorbet, pour une touche de fraîcheur. Quoique de par sa saveur suave et acidulée, il s’accommode fort bien dans la composition de plats sucrés-salés. Et puis, autant le préciser, de par son faible taux en calories, il constitue un solide compagnon minceur…


En résumé, le kiwi, c’est bon, sucré comme sale, et ça fait maigrir. En plus, il est de chez nous !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *