Abonnez-vous
Publié le

L'INFO INCONTOURNABLEUne approche multidisciplinaire contre les douleurs chroniques

Depuis le début du mois de novembre, la Clinique médicale et cardiologique d’Aressy, près de Pau, a ouvert l’unité douleur chronique afin d’accompagner les patients.
Un homme s'assoit sur son lit en ayant mal à la tête.
Migraines, céphalées (maux de tête), lombalgies (maux de dos), fibromyalgies associant douleurs articulaires et troubles du sommeil, ou encore sciatiques : la douleur chronique est définie comme une douleur qui perdure pendant au moins trois mois.

Selon la Société Française d'Étude et de Traitement de la Douleur (SFETD), la douleur fait partie du quotidien de nombreux Français. 32 % expriment une douleur récurrente et 20 % déclarent des douleurs chroniques d’intensité modérée à sévère.

La douleur constitue ainsi le premier motif de consultation dans les services d’urgences et chez le médecin généraliste. Pour répondre au mieux à leurs besoins, une nouvelle unité douleur chronique a officiellement ouvert ses portes le 8 novembre 2022, à la Clinique médicale et cardiologique d’Aressy. Le docteur Charles-Marie Dujardin est médecin algologue. Il s’intéresse aux différentes causes et aux traitements de la douleur. Il est également à l’origine de ce nouveau service.

Quel est votre parcours ?

Charles-Marie Dujardin (C-M.D) : J’ai fait mon externat à Toulouse, puis j’ai fait mon internat entre Aix et Marseille. À la base, je suis plutôt dans l’humanitaire. J’ai réalisé pendant mon internat une mission de six mois au Congo et une autre de huit mois au Tchad. Entre-temps, j’ai été pendant plusieurs années médecin dans la station de ski de Saint-Lary-Soulan.

Durant ma troisième année de médecine, j’ai arrêté mon cursus pour étudier la psychologie. J’ai donc une double casquette de médecin et psychologue. Le domaine de la douleur est une espèce de pont entre ces deux domaines, car la douleur nécessite un diagnostic médical, mais également de s’attarder sur le contexte et le passé du patient, son environnement social et culturel, la douleur chronique n’est pas qu’un processus physiologique.

Je suis arrivé à Pau pour prendre un poste dans le service d’oncologie et de soins palliatifs de la clinique Marzet, pendant un an. J’ai ensuite intégré le service de médecine polyvalente de la Clinique médicale et cardiologique d’Aressy, il y a deux ans et demi, avec la possibilité de monter un projet de A à Z, pour étoffer l’offre de soin. Venant de l’oncologie et des soins palliatifs, la question de la prise en charge de la douleur me semblait cohérente. Je me suis alors formé pendant deux ans à Paris et j’ai fait plusieurs stages dans des centres d’évaluation et de traitement de la douleur (CETD). J’ai validé mon oral en septembre dernier.

Quelle est la spécificité de cette unité ?

C-M.D : L’unité douleur chronique est composée d’une équipe multidisciplinaire intégrant un médecin algologue, une infirmière référente douleur, une psychologue, un kinésithérapeute, une diététicienne et d’une assistante sociale.

On a choisi une approche plurielle afin de prendre en charge le patient dans sa globalité. Un maçon et un professeur des écoles qui ont un mal de dos, ce n’est pas la même chose. Ce ne sont pas les mêmes applications dans sa vie professionnelle, pas non plus le même contexte psychologique. Une douleur est une plainte qui va révéler à la fois un symptôme physique et une souffrance psychique.

Quelles sont les étapes du parcours patient ?

C-M.D : Pour être pris en charge dans notre unité, il faut que la première ligne de recours, le médecin traitant et les spécialistes ne puissent plus prendre en charge ce patient. On arrive dans l’équation seulement lorsqu’on est sûr qu’on ne peut pas guérir la douleur. Nous, nous sommes là pour aider le patient à atténuer la douleur et lui apprendre à vivre avec. Si les autres spécialités n’ont pas réussi à traiter la cause, on va essayer de traiter la conséquence. On a des patients qui ne sortent plus de chez eux, car ils ne s’en sentent pas capables.

Les douleurs neuropathiques périphériques et centrales, les douleurs chroniques post-zostériennes, les douleurs rachidiennes dont lombo radiculalgies, névralgies cervico-brachiales, le syndrome douloureux régional complexe (neuralgodystrophie), les douleurs musculo squelettiques ou encore la fibromyalgie sont des pathologies qui peuvent être traitées au sein de l’unité.

Chaque patient souhaitant bénéficier de cette consultation doit être adressé par son médecin traitant. Il se voit alors remettre un questionnaire d’évaluation multidimensionnelle de sa plainte douloureuse et faire l’historique de sa douleur, son mode vie, sa situation personnelle et professionnelle avec une infirmière. Une fois le dossier validé, je le rencontre en consultation pour faire le point et il a ensuite rendez-vous avec la psychologue et la kinésithérapeute.

Cette évaluation pluridisciplinaire va nous permettre d’identifier les besoins précis du patient, et de lui proposer une fois par mois (tous les mardis après-midi), soit un suivi individuel en consultation médicale, soit un suivi en groupe dans le cadre d’une hospitalisation de jour.

Comment arrive-t-on à s’adapter à la douleur ?

C-M.D : Prendre en charge les douleurs chroniques, c’est aussi lutter contre l’isolement des malades. Par exemple, une personne qui va avoir mal au dos va peu à peu se couper du monde. Ça commence avec un arrêt de travail, puis on estime qu’on ne peut plus faire ses courses, faire du sport, sortir voir des amis et cette situation finit par peser sur son entourage… Tout l’enjeu est de lui redonner accès à une certaine qualité de vie.

La douleur chronique n’est pas qu’un mécanisme physiologique, un signal nerveux envoyé au cerveau. L’information de la douleur parvient au cerveau, mais d’autres informations viennent réguler cette sensation. Se concentrer sur la douleur ne fait qu’amplifier le phénomène. Accepter la douleur va permettre au patient de composer avec les ennemis de son corps, tout en maintenant une qualité de vie optimale.

En parallèle d’un traitement médicamenteux adapté, on va essayer de travailler sur l’ensemble des comportements à adopter face à la douleur. À partir de janvier 2023, on va proposer trois activités différentes dans le cadre de l’hôpital de jour de suivi : des ateliers d'éducation thérapeutique, thérapie cognitivo-comportementale, activité physique adaptée, relaxation, yoga, méditation, art thérapie. Une diététicienne et une assistante sociale seront également présentes. L’objectif est de donner une impulsion et des pistes d’exercices pour les patients.

Le mot de la fin ?

C-M.D : La Société paloise de neurochirurgie et d’algologie a été créée en juin 2022 sous l’égide des neurochirurgiens de Navarre. Elle regroupe différentes équipes transdisciplinaires pour initier un travail en réseau et discuter des cas complexes.

Noémie Besnard

Voir le site de l'unité anti douleur

Commentaires


Réagissez à cet article

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire

À lire aussi

Photo de fleurs dans un verger

FOCUSRecherche fermes pilotes pour Mayage heureux

Fabien Balaguer, directeur de l’Association Française d’Agroforesterie, nous présente ce projet d’approche collective de la gestion des territoires pour une agriculture productive et protectrice, qui prend racines sur le secteur de la communauté de communes Astarac-Arros dans le Gers.