Abonnez-vous
Publié le

Depuis le Béarn, Teréga au coeur des énergies du futur

Le premier opérateur indépendant d’infrastructures gazières a présenté une nouvelle édition du baromètre « Les Français et l’énergie hydrogène ».
Depuis le Béarn, Teréga au coeur des énergies du futur
Teréga s’est positionné comme un « accélérateur des énergies », que ce soit comme fer de lance pour inventer l’énergie du futur, ou comme booster des énergies humaines sur le bassin Adour Gascogne.

Dans cet esprit, l’entreprise, basée à Pau, a pris l’initiative de lancer un baromètre annuel afin de mieux appréhender ce que pensent les Français des différentes énergies, et tout particulièrement de l’hydrogène. Cette deuxième édition, réalisée en collaboration avec Harris Interactive, est riche d’enseignements, avec un constat intéressant : nos compatriotes sont de plus en plus sensibles aux énergies renouvelables.

Dominique Mockly, président et directeur général de Teréga, et Jean-Daniel Lévy, directeur délégué d’Harris Interactive, ont présenté ce vendredi 18 février les résultats de ce deuxième baromètre qui met en évidence les craintes et les aspirations face aux défis énergétiques à relever.

75% des Français portent un intérêt à ces enjeux (10 points de plus en un an). De quoi réjouir Dominique Mockly qui prône une mobilisation de plus en plus forte autour des énergies d’avenir.

Sans surprise, les énergies renouvelables -en particulier solaire et hydraulique- bénéficient d’une image nettement meilleure que les énergies fossiles : respectivement 84% et 79% de bonne opinion, contre 24% pour le pétrole et 21% pour le charbon. L’énergie nucléaire divise davantage, avec 51% d’opinions positives contre 38% d’opinions négatives, tandis que la géothermie et le biométhane sont mal connus.

L’énergie intéresse de plus en plus

« Aujourd’hui, parler de ressources, d’approvisionnement, d’énergie fossile, de transition énergétique et d’énergie renouvelable… intéresse ». C’est un point majeur révélé par ce baromètre.

Comme l’an dernier, les Français déclarent très majoritairement être attentifs à leur consommation d’énergie, plus souvent pour des raisons financières (88%) qu’environnementales (75%), même si 70% affirment avoir les deux enjeux à l’esprit.

Bien entendu, le sujet est très sensible. 92% des Français interrogés ont le sentiment que le coût de l’énergie a augmenté sur le territoire national en 2021, et plus de 9 personnes sur 10 anticipent une nouvelle augmentation de leurs dépenses énergétiques en 2022.

Dans le même temps, plus de 2/3 des répondants estiment que la France n’agit pas suffisamment pour garantir les prix de l’énergie pour les particuliers, mais aussi pour assurer le développement de la recherche et des nouvelles énergies ou pour la rénovation énergétique des bâtiments.

Une meilleure connaissance de l’hydrogène et une opinion favorable

Légèrement plus nombreux qu’en mai dernier (+5 points), 84% des Français indiquent avoir déjà entendu parler de l’hydrogène comme source d’énergie, et 87% le perçoivent comme une énergie d’avenir. Spontanément, l’hydrogène est associé à ses sources potentielles de production (eau, gaz), et perçu comme une source d’énergie propre, permettant de réduire la pollution. Cependant, seul un tiers affirme en avoir une vision précise.

Dans le détail, 58% des Français déclarent avoir une bonne opinion de l’hydrogène, tandis que 35 % estiment en revanche ne pas disposer de suffisamment de connaissances pour se prononcer. À l’inverse, seuls 7 % d’entre eux en ont une opinion négative.

Plus encore que dans l’édition précédente, le développement de la recherche sur l’hydrogène est perçu comme une bonne chose par les Français (90%), et tout particulièrement par ceux qui déclarent bien connaître cette énergie. Ils sont en majorité convaincus des bénéfices de celle-ci. 

Le siège de Teréga à Pau

De multiples interrogations…

Si une majorité de Français veut croire à une transition énergétique complète d’ici 2050, ils sont néanmoins un peu moins optimistes qu’en mai dernier à ce sujet.

A titre d’exemple, à la question « Pensez-vous qu’il sera possible de se passer totalement des énergies fossiles ? », 59% répondent oui, à l’horizon 2050 voire d’ici à 10 ans pour les transports des particuliers (baisse de 8 points par rapport à mai 2021) ; ils sont 58% à penser la même chose pour l’alimentation énergétique du logement des particuliers (-10 points).

A noter que pour plus de 2/3 des Français inscrits sur les listes électorales, la question de l’énergie jouera un rôle important dans leur choix lors du scrutin présidentiel. 60% considèrent que ce thème n’est pas assez présent dans le débat public ; 65% qu’il n’est pas assez abordé dans le cadre de la campagne électorale par les candidats.

Ce deuxième baromètre révèle également qu’entre 48% et 65% des Français n’accordent pas leur confiance aux différents candidats à l’élection présidentielle pour mettre en place des actions allant dans le bon sens concernant l’énergie : son coût, l’équilibre du mix énergétique, le développement de nouvelles énergies... 68% des personnes interrogées disent qu’ils prendront en compte ces questions au moment de voter.

Informations sur le site internet de Teréga

Pour lire les détails du baromètre « Les Français et l’énergie hydrogène », c’est ici

Commentaires


Réagissez à cet article

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire

À lire aussi