SINGLE CREATEUR

CREATEURS ET PASSIONNES – AIA, star de la traçabilité

Le 24 Avr. 2020

La start-up paloise, Advanced Isotopic Analysis, suit l’origine des produits grâce à leur « signature isotopique ». On vous dit tout sur ce nouveau procédé à succès…

Installée sur Helioparc, AIA a été créée fin 2017 par deux chercheurs en chimie analytique et deux professionnels de l’instrumentation scientifique. L’entreprise s’est déjà constituée une clientèle de grands noms. Et cela ne fait sans doute que commencer pour ces pionniers.


Olivier Donard

Dans de nombreux secteurs comme l’agro-alimentaire, les cosmétiques ou les industries chimique et pharmaceutique, la traçabilité des produits est devenue un enjeu-clé. On a tous en tête un ou plusieurs de ces scandales déclenchés par la composition ou le retrait de produits des rayons pour des raisons de sécurité. Des scandales souvent catastrophiques pour l’image et les ventes des marques concernées, qui ont largement appris à « prévenir plutôt que guérir » et ont mis en œuvre des procédures de sécurité plus élaborées pour détecter de potentiels dysfonctionnements.

Cette situation semble une des raisons du succès actuel d’AIA, startup fondée par deux chercheurs du CNRS et de l’Université de Pau et des pays de l’Adour (Olivier Donard et Sylvain Bérail) avec l’appui de deux investisseurs britanniques. Cette jeune entreprise opère sur le créneau novateur de « l’analyse isotopique avancée ». De quoi parle-t-on au juste ?


« Signature isotopique » : tout est dans le produit…

Le principe de ces analyses chimiques éminemment techniques (reposant sur la spectrométrie de masse) n’est heureusement pas trop difficile à comprendre, et la jeune pousse nous l’explique très bien sur son site web : « Les molécules sont composées de certains éléments chimiques, qui chacun présente une composition isotopique unique. Grâce à cette “signature isotopique”, nous sommes capables de déterminer avec une grande précision et justesse l’origine, l’âge ou encore les procédés subis par un élément chimique ».


Au risque de nous faire reprendre par la patrouille pour excès de vulgarisation, on peut tenter une analogie avec le recueil d’ADN ou d’empreintes digitales, mais appliqué à des substances et des produits. « Les compositions isotopiques naturelles d’un produit sont le résultat de paramètres externes différents, tels que l’origine première et certains procédés physiques, chimiques ou biologiques. Ces facteurs agissent comme des marqueurs d’origine et révèlent des informations fondamentales sur l’histoire du produit », explique AIA. Les Experts Miami n’ont qu’à bien se tenir !


De nombreux champs d’application possibles…

Ce genre d’analyse revêt un grand intérêt, puisqu’alors que les marques, poussées par la réglementation et par leurs stratégies de gestion des risques, s’échinent à mettre en place et à faire respecter de lourdes procédures de traçabilité et de prévention, nos chercheurs arrivent avec cet argument de poids : « Toute l’information requise pour tracer son origine est déjà présente dans votre produit ». La startup, moins de deux ans après sa création, aurait déjà séduit des marques comme Barilla ou Moët & Chandon.


S’il est évident que l’analyse isotopique ne va pas se substituer avant un bon moment aux procédures classiques et au bon vieux « marquage » des produits, elle apparaît d’ores et déjà comme un outil supplémentaire au service de marques à l’affût de ce genre de bonnes idées. La construction d’une offre commerciale fondée sur ce procédé semble donc plus que bienvenue, que ce soit dans l’optique de détecter des anomalies, de lutter contre la contrefaçon (en particulier dans le secteur viticole) ou même dans le cadre de réflexions de l’ordre de la R&D. Et l’on n’a pas encore fait le tour de toutes les applications possibles, qu’elles soient environnementales (l’entreprise œuvre déjà dans l’analyse de suivi des contaminations), sanitaires ou industrielles.

Autant dire qu’on suivra avec beaucoup d’intérêt l’évolution de cette startup paloise aux destinées prometteuses.

Plus d’informations sur le site internet – cliquez ici

 

Un commentaire au sujet de cet article

  1. Je connais O.Donard,d’abord en tant qu’universitaire ensuite en tant que Directeur Scientifique d’Hélioparc, depuis plus de 20 ans. C’est lui avec son esprit d’entreprise – il est à l’origine de la création de la Société Ultra Traces Aquitaine née de l’UPPA – que l’on doit l’attraction des entrepreneurs et scientifiques anglais dans la création de AIA à Pau. Je considère que cette entreprise a un grand avenir et deviendra bientôt une nouvelle “pépite paloise”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *