SINGLE CREATEUR

CREATEURS ET PASSIONNES - Guillaume Delai, Aileen Robert et OgoXe

Rubriques : Bigorre Economie Nature
Le 22 Mai. 2020

Depuis Saint-Laurent-de-Neste en Bigorre, ils ont développé un dispositif innovant pour surveiller et alerter en cas de danger liés aux précipitations. Ça tombe bien…

Un petit saut dans le temps est utile pour mieux comprendre. 2013, il n’en finit pas de pleuvoir sur les Hautes-Pyrénées. Et soudain, c’est la catastrophe, inondations, torrents de boue, villages dévastés, images qui feront le tour du monde.


La catastrophe est là, et personne ne l’a vraiment vu venir. C’est là que Guillaume Delai a eu son idée. Un système d’alerte pour les crues et inondations à destination des particuliers. Pour qu’ils aient le temps de se préparer. Un abonnement, un boîtier (rechargeable), du son, de la lumière, et vous êtes avertis avant que le niveau d’alerte ne devienne critique.

La société OgoXe, créée avec Aileen Robert, a tracé sa route grâce à ce système d’alerte connecté, mais totalement indépendant du réseau électrique et de télécommunication pour pouvoir communiquer même en cas de défaillance des équipements traditionnels. Le tout fonctionne 24h/24, 7 jours sur 7.


L’équipe, composée d’experts en environnement, informatique et assistance aux personnes, a affiné son dispositif permettant la surveillance des cours d’eau, la prévision de crues et donc l’alerte en cas de danger.

Le boîtier connecté, pas plus grand qu’un portable, et entièrement autonome, permet un affichage du niveau de danger en temps réel et à venir, avec signal lumineux, SMS, appel, sirènes…

Ce système s’adresse d’une part aux collectivités, qui peuvent ainsi envoyer des informations précises sur l’évolution de la situation aux administrés, prévoir le danger et se préparer à une éventuelle évacuation. Utile aussi lorsqu’il s’agit de prendre la décision de fermer une route ou un établissement public, en anticipant les risques encourus.

Même principe pour les campings et les entreprises situés en zones inondables. L’appareil leur permet de protéger toute activité humaine, et de mettre en place des décisions efficaces pour gérer au mieux la situation de crise.


Les particuliers ont également la possibilité de bénéficier de ce dispositif d’informations et d’anticipation des risques, pour mettre à l’abri leurs biens et leur famille.

Un mode de fonctionnement qui n’a pas vraiment été impacté par les mois difficiles que l’on vient de traverser. « Nous n’avons pas véritablement été touchés. Nous nous étions préparés au télé-travail une semaine avant les annonces du Gouvernement. Cela a surtout été de la réorganisation. Le plus pénalisant étant tout de même le fait de ne pas pouvoir se déplacer sur les sites. Mais sinon, je dirais qu’on a juste accumulé un peu de retard. Après, il est difficile d’estimer économiquement s’il y a eu une grosse perte ou non. Je pense que nous le verrons en fin d’année » explique Guillaume Delai.


Cette année, OgoXe a reçu le label Green Tech Verte, délivré par le Ministère de la Transition écologique et solidaire. Une belle récompense qui motivera forcément un peu plus l’entreprise lors de sa reprise. « Cela va se faire en douceur. Nos employés restent en télétravail, donc ça ne change quasiment pas pour eux. De mon côté, je vais me charger de rattraper le retard des RDV annulés, etc. »

Avec le dérèglement climatique, et les conséquences dramatiques que peuvent engendrer de brusques phénomènes météorologiques, ce petit boîtier s’avère être un outil précieux pour la protection des populations et des biens, sur des territoires à risques.

OgoXe peut se vanter d’avoir gagné un concours de la Mêlée Numérique à Toulouse. La start-up a été accompagnée par le Propulseur, le dispositif du Crédit Agricole Pyrénées Gascogne pour les projets innovants. Elle a aussi bénéficié du soutien du CDDE (Comité départemental de développement économique) et d’Initiative Bigorre.


Elle compte continuer son développant, notamment grâce à une levée de fond pour un futur projet. « Nous avions entamé le processus avant le confinement, et avons dû le mettre en pause. On va le reprendre, et nous allons avoir besoin d’aide, que ce soit pour être vu, ou que les gens parlent de nous. Tout le monde peut participer à cette campagne, à hauteur de 100 euros minimum, sur une plateforme SoweFund (cliquez ici) qui sera prochainement en ligne. »

Pour découvrir ce dispositif très innovant, allez sur ogoxe.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *