INDEX

150 mobilisés pour l'Odace

Le 12 Fév. 2020

En Soule, les entrepreneurs ont déjà aidé et accompagné plus de 270 porteurs de projets sur le territoire. Une démarche ambitieuse tournée vers l’emploi et la jeunesse…

Grande première en France à son époque, l’Organisation pour le développement par l’action et la coopération économique (Odace), fait aujourd’hui parti intégrante du paysage de l’entreprenariat de Soule et du Pays Basque.


Historiquement étroitement liée à la Chambre de commerce et d’industrie de Bayonne, et à la Communauté d’agglomération du Pays Basque depuis sa création en 1995 par François Dascon et un consortium d’entrepreneurs d’espadrilles de Soule, elle a depuis bien grandi.


Un réseau important au service des projets…

L’idée initiale était de rassembler élus, entrepreneurs et représentants des Chambres consulaires, pour permettre à tout ce beau monde de se soutenir dans leurs projets respectifs. Depuis, vingt-cinq ans sont passés, et en entamant une 26e année d’existence, l’Odace dresse un bilan très encourageant.

En effet, sur les cinq dernières années, ce sont plus de 270 porteurs de projets qui se sont présentés à l’organisation, dont presque un tiers a abouti. Beñat Elkegaray, directeur de l’Odace, précise même que, sur la seule année 2019, près d’une centaine de projets a été examinée, et près d’un sur quatre s’est concrétisé.


L’Odace peut compter sur plus de 150 adhérents pour apporter un soutien et un accompagnement efficace. Que ce soit des industriels, des auto-entrepreneurs, des commerçants, ou des artisans, qu’ils soient futurs entrepreneurs ou déjà confirmés, le but de ce centre d’appui est de leur permettre de mener à bien leurs projets.

La démarche peut aussi s’appuyer sur des partenaires importants, comme le centre d’appui Indar Développement, mais aussi sur des associations locales, comme Pays Basque au coeur, ou même sur des établissements scolaires.


La jeunesse et l’emploi comme mots d’ordre…

L’Odace sait que l’avenir repose sur la jeunesse, et oriente donc une partie de sa politique vers elle. « Nous espérons mettre en place une licence professionnelle en partenariat avec l’IUT de Bayonne, pour qu’une partie des cours soit donnée à Mauléon. Les jeunes ont envie de rester ici, donc c’est un bon signal. Il y a une émulation positive qui naît de cette envie. Il n’y a pas que des industries ; l’économie est variée et l’Odace doit continuer à créer du lien entre la jeunesse et les entreprises » explique Elisabeth Elissondo.


Le but est d’attirer les jeunes pour les inciter à rester et à s’installer sur le territoire. Mais ce n’est pas le seul objectif d’Odace. « L’emploi reste notre priorité. Nous faisons actuellement un recensement des offres d’emploi, mais le taux de chômage est très bas et il y a une pénurie de main-d’oeuvre. Nous devons mettre en place des projets pour faire venir les gens ici et les inciter à rester travailler sur le territoire. Nous sommes là pour écouter les entreprises et comprendre leurs besoins, afin de favoriser l’attractivité et l’emploi en Soule ».

A suivre sur la page Facebook – cliquez ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *