INDEX

L'EuroSIMA fait le point sur la saison passée.

Le 06 Juil. 2020

Son président, Jean-Louis Rodrigues, a dressé un premier bilan de son action à la tête de cette association qui regroupe 157 acteurs de la filière glisse, employant 4.000 personnes…

Faute de pouvoir se réunir autour d’une table, devant une audience, comme prévu à Saint-Jean-de-Luz le 5 juin, l’Assemblée Générale de l’EuroSIMA était finalement virtuelle, ce 3 juillet.


C’était l’occasion de revenir aussi bien sur la gestion de la crise Covid que sur les chiffres globaux de l’association, tout en passant par ses projets futurs, incontestablement repensés.

Jean-Louis Rodrigues, président de l’EuroSIMA, a remercié les nombreux partenaires de l’EuroSIMA, et en dressant un bilan des adhérents de l’association au 31 mai 2020. A cette date, l’EuroSIMA comptait 157 adhérents, dont 83 fabricants et distributeurs, et 74 membres affiliés prestataires, répartis en TPE (80%), PME (17%) et ETI (3%). Cela représente plus de 4.000 emplois dans la région, et génère près de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Il a également souligné la présence de l’association à travers l’Europe en plus de la France, comme au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Suisse et sur l’ensemble de la péninsule ibérique.


Il a ensuite été question de passer en revue les plans d’actions de l’année passée. Tout d’abord, l’association s’est réjoui d’avoir « fédéré ». Par l’intermédiaire d’événements professionnels, permettant de transmettre de l’information, et de développer des réseaux, comme le Surf Summit, le Waterman’s Ball, les Bootcamps, etc.

Un point particulier a été souligné, celui de l’EuroSIMA Beach Party, un challenge surf inter-entreprise par équipe, qui a été un véritable succès, et qui sera reconduit en septembre de cette année.


« Promouvoir » était aussi l’un des objectifs de l’association pour l’année 2019. Son « Surfing Lounge », véritable vitrine des innovations dans le domaine de la glisse, aura permis aux professionnels de découvrir une quarantaine de marques. La soirée du Waterman’s Ball aura permis de mettre en avant, comme chaque année, des personnalités fortes, des athlètes et des dirigeants.

Enfin, l’EuroSIMA s’est développée sur Internet, par l’intermédiaire de son blog « inside EuroSIMA », et son magazine EuroSIMAg. Sans oublier sa plateforme d’emploi, page la plus visitée de son site Internet.

Impossible d’aborder l’année passée sans parler de la crise Covid-19, qui aura immobilisé les activités de l’EuroSIMA pendant quelques mois. « Nous sommes en train de vivre un moment crucial pour notre industrie. La pandémie internationale du Covid-19 nous a demandé une mobilisation sur tous nos réseaux pour accompagner au mieux nos adhérents dans cette période. Grâce aux outils digitaux, nous avons gardé un lien permanent avec nos entreprises et le Conseil d’administration EuroSIMA. Nous nous sommes rapidement mobilisés afin de préserver la santé des salariés, accompagner et aider au mieux les entreprises avec les dispositifs financiers mis en place par l’Etat, et en fournissant de nombreux éléments d’information sur la reprise d’activité et les procédures sanitaires à mettre en place pour un reprise sécurisée », explique le président de l’association. Il s’attend d’ailleurs à une perte globale d’activité de près de 30%.


L’un des objectifs majeurs, Olympique Wesurf2024, n’aura malheureusement pas abouti. « Nous nous étions attelés à défendre les candidatures territoriales « Biarritz et Hossegor » car notre territoire se devait d’accueillir cette épreuve Olympique et les activations de nos marques et athlètes auraient pu être bénéfiques à cette réussite, sans parler des retombées touristiques et d’images. Malheureusement aucune des candidatures d’Aquitaine n’a été retenue et le bénéfice de l’organisation sera confiée aux Tahitiens », développe Jean-Louis Rodrigues.

Enfin, le président de l’EuroSIMA a conclu sa prise de parole en exposant ses objectifs à venir. Il est majoritairement question de pérenniser les actions de l’association.

Ainsi, l’écologie prendra une part importante des missions de l’association, pour atteindre un développement durable. « Cet avenir est incontournable dans notre filière, et la transition écologique est nécessaire ».


Renforcer l’association après la crise sanitaire sera la priorité de l’EuroSIMA. Pour cela, elle se penchera fortemant sur ses filières de formations et d’emplois, pour assurer une montée en compétence de ses équipes. Il sera aussi question d’accompagnement du développement économique et international des start-ups adhérentes, notamment grâce à de nombreux rendez-vous professionnels. Un renfort des partenaires institutionnels de l’association sera aussi très important, afin d’assurer la création de nouveaux emplois.

Pour terminer, Jean-Louis Rodrigues a exprimé son désir de faire revenir au sein de l’EuroSIMA des acteurs majeurs du territoire, et du secteur de la glisse, tel que Vans, O’Neill, Hurley, Oxbow ou Oakley. « La représentation de tous les segments et tailles d’entreprises étant très important pour moi au sein de l’EuroSIMA, je souhaite continuer à œuvrer aux côtés d’un Conseil d’Administration représentatif de la filière actuelle Européenne, et je les remercie pour leur implication sur ce dernier exercice. Nous continuerons à travailler étroitement ensemble sur cette deuxième année de mandat, afin de développer un programme d’activités correspondant au mieux aux besoins de notre filière Action Sports en Europe », conclut-il.

Informations sur le site internet, cliquez ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *