INDEX

BIC Crescendo, pôle entrepreneurial d’excellence

Le 13 Sep. 2018

L’agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées s’est positionnée pour être une terre d’accueil propice à l’éclosion des start-ups. Rencontre avec Emmanuel Dubié…

Rubriques :

L‘association BIC (Business Innovation Centre) Crescendo, basée à Tarbes, construit comme un écosystéme entrepreneurial qui a l’ambition d’être parmi les plus performants en France.


Son directeur, Emmanuel Dubié, nous dévoile l’esprit dans lequel cette plateforme a été mise en place et pourquoi elle peut viser l’excellence.

En quelle année a été créée Bic Crescendo et pourquoi ?
Emmanuel Dubié – La structure associative à été créée en juin 2001. Notre mission est de capter, d’accueillir et d’accompagner les porteurs de projets et les jeunes entreprises innovantes. L’objectif étant qu’elles se sédentarisent sur l’ensemble de la Bigorre et plus particulièrement sur la région tarbaise.


En quoi les Hautes-Pyrénées sont plus attractives ?
E. D. – Après une période difficile de déprime industrielle, le département a entamé une nouvelle démarche économique en misant sur ses atouts majeurs, à savoir : le tourisme, l’enseignement supérieur et la recherche. Mais aussi sur des secteurs industriels d’excellence comme l’aéronautique, le ferroviaire, les matériaux composites et les énergies renouvelables. Des efforts qui, aujourd’hui, commencent à porter leurs fruits. C’est donc une aubaine pour les jeunes de venir se poser chez nous.


Combien de porteurs de projets sont actuellement chez BIC Crescendo ?
E. D. – Aujourd’hui, nous accompagnons 64 activités économiques au sein de l’association. En couveuse d’entreprises ou en incubation. Nous les gardons jusqu’à 3 ans et pendant 35 mois en post création. Ils payent un loyer faible et progressif lorsqu’ils sont en pépinières d’entreprises et une redevance en couveuse d’entreprises.


Des exemples ?
E. D. – Nous avons la chance d’accompagner des porteurs de projets et startups qui présentent un gros potentiel. Citons entre-autres : Youstiti, HMT, Keematic et ELV Office. Elles viennent toutes de décrocher des bourses French Tech ce qui témoigne de la qualité de leur activités. Pour rentrer dans les détails, prenons l’exemple de Keematic, une jeune société créée à l’initiative de deux Brestois. Ils proposent une boîte à clés connectée qui permet d’optimiser la gestion des clés, notamment dans le secteur automobile. Le gérant possède une grosse expérience dans l’industrie automobile. Il a déjà des contacts prometteurs avec des majors de la location de véhicules.


Vous avez également des ambitions hors de nos frontières ?
E. D. – En effet, BIC Crescendo se déploie à l’international, notamment en Aragon, dans le cadre d’un travail en commun pour développer un programme d’accélération se startups transfrontaliers.

Un mot sur la Mêlée Adour…
E. D. – La Mêlée Adour est une composante du BIC Crescendo. Cette structure fédère et anime le secteur du numérique sur le bassin de l’Adour. Elle possède un pôle digital qui répond au nom de Fablab, entendez un laboratoire de fabrication qui dope l’inventivité en donnant accès à des outils de fabrication numérique.


Quels sont vos soutiens pour mener à bien vos missions ?
E. D. – La Communauté d’agglomération TLP (Tarbes Lourdes Pyrénées) est notre principal soutien, notamment au niveau financier. Ce qui est logique, car notre action se situe sur le territoire communautaire. 95% des projets et des activités que nous accompagnons se sédentarisent sur le périmètre de l’agglomération.


Le Conseil départemental des Hautes-Pyrénées lui aussi vous épaule ?
E. D. – Il nous apporte un appui financier dans le cadre de la French Tech, pour le compte du département et de la région Occitanie. Rappelons que la French Tech est un label français attribué à des pôles métropolitains reconnus pour leur écosystème autour des start-ups. C’est aussi une marque connue utilisable par les entreprises innovantes françaises. En dehors de Toulouse et de Montpellier, nous sommes le seul territoire labellisé en Occitanie. Le Conseil départemental des Hautes-Pyrénées, au même titre que l’agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées, que la ville de Tarbes et que les chambres consulaires soutien la French Tech.


Le quartier de l’Arsenal

Une conclusion ?
E. D. – Il faut savoir que nous accompagnons plus de 70 activités économiques en permanence et que certains de nos événements rassemblent plus de 1500 participants chaque année. Notre atout est aussi d’offrir des installations de qualité dans le quartier de l’Arsenal à Tarbes. Elles peuvent accueillir différentes manifestations avec un amphithéâtre de 134 places, deux salles de réunion et un espace coworking de 400 mètres carrés. Autrement dit, les raisons de venir développer un projet sur l’agglomération tarbaise sont nombreuses. Disons que nous sommes à la pointe de ce qui se fait de mieux pour accompagner les start-ups, tout en restant dans un cadre à échelle humaine.

Informations sur le site internet de BIC Crescendo – cliquez ici

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *