INDEX

COUP DE CŒUR – Tara Chanseau et Tatou

Le 05 Fév. 2021

A 23 ans, cette entrepreneuse basque a créé une plateforme qui loue des vêtements pour bébé. Une solution écologique, économique et solidaire pour les jeunes parents…

Rubriques :

Entre les produits d’hygiène et de soins, les vêtements, la nourriture, le matériel de puériculture, la nounou… de sa naissance à ses 3 ans, un enfant coûte cher.


Dans cette période, il faut dégager un budget moyen de 490 euros par mois, selon une étude réalisée par Ipsos pour l’Observatoire E.Leclerc des nouvelles consommations en 2019. Une somme lourde pour de jeunes parents, et une consommation pas forcément très écologique, puisque les vêtements pour bébé doivent être changés très régulièrement.

Tara Chanseau, 23 ans et originaire de Briscous, en a personnellement fait l’expérience en devenant « tatie » à 14 ans. « On n’a pas forcément beaucoup d’argent à cet âge. Je voulais acheter des habits comme cadeau de naissance, mais je me suis rendu compte qu’ils peuvent être chers et ne sont pas amortis dans le temps », raconte la pétillante entrepreneuse.

Mais ce n’est qu’en dernière année d’école de commerce (l’Ieseg à Paris) que Tara Chanseau commence à dessiner son idée de box pour bébé afin de limiter la surconsommation. « J’ai réalisé un mémoire, avec un business plan et une présentation de mon projet. Le jury a été très réceptif lors de mon oral, j’ai donc décidé de me jeter à l’eau ».


Une initiative économique, écoresponsable et solidaire…

« Le système de box permet aux parents de faire des économies et de ne pas remplir leur dressing de vêtements que leur bébé ne portera pas plus de deux ou trois fois ». Ce système permet aux parents d’économiser de l’argent par rapport à l’achat de vêtements neufs en magasin.

Fini le gaspillage ! La box contient 12 pièces incontournables pour les bébés dès la naissance. Elle est renouvelable tous les trois mois jusqu’à leur premier anniversaire. « Jusqu’à un an, les vêtements sont universels. Puis, quand l’enfant commence à marcher, l’usure est plus rapide. Pour le moment, je préfère restreindre mon offre, mais dans le futur, pourquoi pas l’élargir », confie Tara Chanseau.

En quatre mois, la jeune cheffe d’entreprise a déjà réalisé près de 80 box. « Je suis toute seule, mais je vais bientôt recruter un community manager pour s’occuper des réseaux sociaux ».


Comment ça marche ? Le client remplit une fiche de commande en choisissant le style d’habit (cela peut aussi être une surprise !), la couleur, unie ou avec motifs… Tatou envoie ensuite la box par Chronopost. Pour les retours, il suffit d’aller sur le site dans l’espace dédié, de rentrer les informations demandées, puis les clients reçoivent un bon de retour déjà réglé. Si les vêtements retournés sont trop abîmés, plutôt que de les rembourser, Tatou demande un don d’habit équivalent.

Les vêtements seront utilisés pour cinq commandes différentes et seront ensuite donnés aux Restos du Coeur ou au Secours populaire. Cette solidarité, Tara Chanseau y tient particulièrement.

La jeune entrepreneuse achète en gros les habits auprès de marques comme « Petit Bateau » et « Arsène et les pipelettes ». Elle créé les box en fonction des commandes et les expédie ; elle reçoit les retours, les nettoie et les remet à neuf avant de les envoyer dans une autre famille.


Si pour le moment, elle n’arrive pas à gagner sa vie avec Tatou, la jeune cheffe d’entreprise n’a pas dit son dernier mot, et compte bien se faire connaître du public.

« Augmenter le nombre de marques qui adhèrent à mon projet me permettra d’affiner les commandes et de proposer plus de vêtements à mes clients. Pour l’instant, je me concentre sur la visibilité de Tatou », conclut-elle.

Plus d’informations en cliquant ici

 

3 commentaires au sujet de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *