Abonnez-vous
Publié le Mis à jour le

Université de Pau et des Pays de l’Adour : 50 ans vers l’excellence

Avec ses campus en Béarn, au Pays basque, dans les Landes et en Bigorre, l’UPPA a franchi la barre des 14.000 étudiants et a développé un réseau international de haut niveau. On raconte…
UPPA 0
Depuis son indépendance, en 1970, des dizaines de milliers d’étudiants ont arpenté les couloirs de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Pour beaucoup d’entre nous, l’UPPA représente un passé que l’on se remémore avec nostalgie : les amitiés naissantes, les heures passées sur les sièges (déjà bien usés !) des amphithéâtres, les centaines de fiches de révision pour nos partiels, à apprendre des choses dont on ne se souviendra plus une fois le diplôme obtenu…

Pour célébrer cet anniversaire, les équipes pédagogiques de l’UPPA ont décidé de faire un bon dans le passé et de remonter le fil de l’histoire. Deux supports ont été créés à partir de ce regard dans le rétroviseur : un court-métrage d’une vingtaine de minutes donnant la parole aux cinq derniers présidents de l’université et un livre de plus de 600 pages avec des témoignages d’étudiants, de professeurs et d’acteurs locaux.

Sur demande de l’ancien président Mohamed Amara, Victor Pereira a dirigé la rédaction de cet ouvrage en pleine pandémie, en s’appuyant sur les archives universitaires, régionales et nationales et pas moins de 68 contributeurs.

« Que ce livre ne soit pas seulement l’histoire des directeurs, des présidents, des enseignants-chercheurs, mais aussi celle des étudiants, me tenait à cœur. C’est une histoire plurielle et kaléidoscopique qui n’est pas lisse, ce qui augmente sa richesse et sa force », assure le maître de conférences en histoire contemporaine et directeur des Presses universitaires de Pau et des Pays de l’Adour.

1970-2021, de l’indépendance à la recherche…

Si l’Université de Pau et des Pays de l’Adour n’obtient son indépendance vis-à-vis de la faculté de Bordeaux qu’en 1970 (à la suite du mouvement étudiant de mai 1968), elle est l’héritière d’une tradition universitaire qui remonte au XVIe siècle, avec la création du collège des Arts en 1549.

Elle propose alors trois Unité d’enseignement et de recherche (UER) de droit et sciences économiques, des lettres et sciences humaines et des sciences exactes et naturelles. Ainsi qu’une quatrième : l’Institut universitaire de recherche scientifique (IURS).

La principale caractéristique de cette université réside dans son fort ancrage territorial. En effet, l’UPPA s’est développée en même temps que le tissu économique local, notamment avec l’implantation des secteurs de la pétrochimie avec le bassin de Lacq, et de l’aéronautique avec Turbomeca (devenu Safran Helicopter Engines). « Cet anniversaire est l’occasion d’un moment de partage autour de notre histoire commune », souligne Laurent Bordes, le président de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Aujourd’hui, cette faculté a noué de solides partenariats, que ce soit avec les collectivités territoriales, les technopôles, des structures comme Chemparc ou bien avec des entreprises innovantes qui orientent les recherches des 19 laboratoires de l’université (à l’instar de Xylomat). « C’est un élément crucial, car cette caractéristique nous distingue au niveau national des autres établissements et ça fait partie de l’histoire de l’UPPA », se réjouit-il.

Un rayonnement international…

Cela ne l’empêche pas pour autant de se tourner vers de nombreux pays. Aujourd’hui, 194 universités collaborent avec l’UPPA, qui accueille cette année 1.968 étudiants étrangers sur un effectif total de 14.024 étudiants.

La faculté a obtenu en 2020 le label « Universités européennes » avec le projet UNITA (Universitas Montium), qui rassemble les universités de Turin (Italie), Savoie Mont-Blanc, Covilhã-Beira (Portugal), Timisoara Ouest (Roumanie) et Saragosse (Espagne).

Le projet consiste à travailler à un nouveau modèle d’université européenne intégrée, à promouvoir les langues romanes comme langues académiques communes, et à développer des liens forts, à partir de 3 axes stratégiques : le patrimoine culturel, les énergies renouvelables et l’économie circulaire.

D’autre part, avec plus de 433 accords bilatéraux Erasmus+ (196 universités associées) et 128 accords de coopération inter-universitaires, l’UPPA participe à des échanges d'étudiants, d'enseignants et de chercheurs dans le monde entier.

Sous la direction de Laurent Bordes, l’université ne compte pas s’arrêter en si bon chemin ni ralentir la cadence. Parmi ses nombreux projets, on peut citer par exemple : la soutenance pour le renouvellement du label I-Site, en janvier prochain ; la création d’un campus de chimie verte, en collaboration avec la Communauté des communes de Lacq-Orthez (pour la rentrée scolaire 2022-2023) ; et le renforcement d’alliances avec les universités internationales afin de créer des « universités européennes ».

Plus d’information sur le site de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour - UPPA

Photos : Archives UPPA

À lire aussi

Commentaires


Réagissez à cet article

Les commentaires seront bientôt à nouveau disponibles sur notre site. En attendant vous pouvez réagir à nos articles en nous envoyant un email.