INDEX

Mondial de mus : la culture basque à l’honneur

Le 11 Oct. 2019

Coup d’envoi de la 42e édition du Championnat du monde à Bayonne. Quinze équipes vont s’affronter lors de cette compétition de carte. Un jeu ancestral à découvrir…

Du 12 au 19 octobre, les communautés basques du monde entier seront rassemblées autour de cette pratique originaire du Pays Basque, inscrite au patrimoine culturel et immatériel en France depuis 2003.


Pas moins de 15 équipes de mus venues de toute l’Europe et des Amériques se rassembleront donc à Bayonne, dès la fin de cette semaine. Ce tournoi annuel est organisé pour la première fois en la France, depuis 2011. L’an dernier, les Navarrais s’étaient imposés. Ils remettent leur titre en jeu, à la salle Amestoya.

La France, l’Argentine, le Canada, le Chili, l’Espagne, les États-Unis, l’Euskadi, le Mexique, la Navarre, le Pérou, l’Uruguay, le Vénézuela, et la Belgique ont tous une population basque importante qui sera ainsi représentée sur les bords de la Nive.

La France, en tant que pays organisateur, et la Navarre, championne en titre, présentent chacune deux duos. Toutes les équipes vont se rencontrer lors de ce championnat, qui promet des parties acharnées. Le public n’est cependant pas autorisé à les suivre.

Le programme de la semaine sera chargé : les organisateurs prévoient des parties en début de matinée et en fin de journée, pour que les délégations puissent avoir le temps de visiter le Pays Basque, côté français et espagnol.


Un jeu de cartes 100% basque…

La première référence documentaire de ce jeu date de l’année 1745 au dictionnaire trilingue (basque, espagnol, latin). Les règles furent transmises oralement durant de génération en génération, jusqu’à ce que la Fédération de mus les fixe définitivement dans le but d’organiser des compétitions officielles.

Le premier championnat fut organisé en 1963 par l’Union Basque. Le mus se joue par équipes de deux joueurs avec un jeu espagnol de 40 cartes, en trois manches de 8 hamarreko (de 40 points).


On y distingue 4 familles (équivalentes au trèfle, carreau, pique et coeur) : épées, pièces, bâtons et coupes. Chaque famille est composée de 10 cartes : 1 (As), 2, 3, 4, 5, 6, 7, 10 (cavalier), 11 (dame), 12 (roi). On matérialise les points obtenus durant la partie avec des jetons.


Un point se dit un « ttantto », et l’ensemble de 5 points (ou 5 ttantto) est appelé un « hamarreko ». Le but du jeu est d’avoir les meilleures cartes, ou en tout cas, de le faire croire pour faire céder la partie adverse et obtenir le maximum de points. Les équipiers parlent ensemble à l’aide de signes : clin d’œil, levé de sourcil, pincement de lèvre…

Vous voulez en savoir plus, allez donc sur federation-mus.fr

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *