INDEX

South Town Jazz, du bon et du lourd

Le 31 Mar. 2017

Deuxième session du festival de Soustons avec des pointures : le trio Eric Lecordier, le Quintet de Michel Pastre et Monique Thomas

Rubriques :

Il y a certainement un jeu de mot, associant Soustons et South Town. Et si on y rajoute du jazz, cela donne un joli petit festival, dont la deuxième édition se tient jusqu’à dimanche, avec des rendez-vous bien différents, permettant d’arpenter trois univers du jazz qui est comme chacun sait, multiforme et ô combien créatif !


La première halte a eu lieu ce vendredi 31, avec Eric Lecordier Trio, auquel s’est adjoint Daniel Hue. Une invitation au swing manouche, avec Gérard Muller à la contrebasse et Dominique Marchais à la guitare accompagnement. Et comme un clin d’œil à une époque révolue, Marchais et Hue se sont retrouvés sur scène, mais en fait de Hue, il s’agit de Daniel, le violoniste. Pas non plus un inconnu, puisque cet ancien premier violon à l’Orchestre national du Capitole de Toulouse a joué avec Rhoda Scott, le Golden Gate Quartet, le bon et regretté Marcel Daddi et enregistré avec Cabrel et Léo Ferré.


Samedi, place au Michel Pastre Quintet, avec son leader saxophoniste en tête (Malo Mazurié à la trompette, David Blenkhorn à la guitare, Sébastien Girardot à la contrebasse et Guillaume Nouaux à la batterie). Prix Sidney Bechet de l’Académie du Jazz, il triomphe dans les plus grands festivals de jazz en faisant revivre une figure légendaire de la grande période « swing », incarnée par le guitariste Charlie Christian. Au même titre que Louis Armstrong, Coleman Hawkins, Art Tatum ou Lester Young.


Et puis dimanche, patates aussi ! Ou plutôt la patate de la chanteuse américaine Monique Thomas, née à Philadelphie, et créatrice du CIAM gospel choir, une chorale à l’image du gospel moderne, ainsi que du groupe Voices of Praise, dont les membres sont français, avec quatre chanteurs et quatre musiciens. Elle se produira à Soustons en trio, et interprètera les grands standards du jazz et du gospel.

Au total, trois belles soirées de jazz, bien différentes, mais unies par un trait commun : le talent, rien que le talent.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *