Abonnez-vous
Publié le Mis à jour le

ENTREPRISE D’ICI - Horloger en série limitée à Labouheyre

Via sa marque Semper & Adhuc, Colin de Tonnac a développé dans son atelier landais sa propre gamme de montres, réalisées à partir de mécanismes anciens entièrement restaurés...
MONTRES SEMPER ADHUC 0
L’atelier met en vente, ce 4 mai, une édition limitée à 20 exemplaires de son « Instantanée ». Les montres sont cette fois dotées de mouvements de la célèbre marque bisontine Lip.

Il paraît que Colin de Tonnac est tombé dans le bain de l’horlogerie à l’âge de 10 ans, à la lecture… des Confessions de Rousseau, auteur on le sait issu d’une lignée d’horlogers genevois. Comme quoi il vaut sans doute mieux être en avance quand on veut fabriquer des montres…

Diplômé des métiers d’art au lycée Edgar Faure de Morteau (dans le Doubs, sur les terres de la grande horlogerie française), l’horloger a pris très tôt l’habitude de récupérer ici et là d’anciens mécanismes de montres pour se livrer à ses propres travaux pratiques.

Après plus de 3 années passées comme technicien chez Patek Philippe, dernière manufacture horlogère familiale de Genève, il s’est décidé en 2016 à lancer sa propre marque, Semper & Adhuc (du latin « de tout temps » et « jusqu’ici »), qui se veut « à taille humaine, à déploiement volontairement restreint et de fabrication française ».

En septembre dernier, l’atelier bordelais de la marque a été déménagé dans les Landes, à Labouheyre, où l’horloger a gagné de la place et du confort pour travailler. Il a également pu recruter un apprenti pour l’accompagner dans le développement de sa marque qui, mine de rien, commence à pas mal faire parler d’elle.

Luxe, made in France et récupération…

Car l’idée de l’horloger, qui restaure soigneusement des mouvements produits des années 30 aux années 70, est bien dans l’air du temps, à l’heure de la récupération et de l’intérêt croissant des consommateurs pour le made in France. Lesdits mouvements (le mouvement est l’ensemble des pièces faisant mécaniquement fonctionner la montre) sont ensuite habillés de nouveaux boîtiers et bracelets.

« Souvent issus de fontes, ces mouvements furent dénudés lorsque les propriétaires souhaitaient récupérer les matériaux précieux du boîtier, pour créer un nouveau bijou ou en tirer la valeur pécuniaire », explique l’horloger.

Pour l’heure, Semper & Adhuc commercialise 3 modèles de montres, tous équipés du calibre à remontage manuel suisse AS 1012 et de ses déclinaisons : l’immédiate, l’inopinée et l’instantanée, qui se déclinent elles-mêmes dans des versions « classique » et « originale ».

De cette élégante « instantanée » au boîtier rond, la jeune marque commercialisera, à partir de ce mardi 4 mai (à 20h00, « heure de Paris »), une édition limitée à 20 exemplaires incorporant cette fois le mouvement R100 de la marque bisontine Lip, fabriqué de 1958 à 1970.

Issue d’un atelier d’horlogerie créé en 1867, liquidée en 1977 après avoir employé jusqu’à 1.300 personnes dans les années 1950, sauvée plusieurs fois et désormais en la main de la Société des montres bisontines, la marque Lip fait partie de la grande histoire de l’horlogerie française.

La série limitée de Semper & Adhuc en reprend au passage l’ancien logo : de quoi ravir les amateurs, qui devront quand même débourser 2.400 euros pour s’en procurer une… et certainement se manifester dès l’ouverture des préventes. Cette collaboration est le résultat d’une année d’échanges entre l’horloger girondin et Lip.

Soutenue par le Conseil régional, la petite maison Semper & Adhuc fait maintenant réaliser la quasi-totalité des pièces nécessaires à sa production en France, à commencer par couronnes et boîtiers, qui sont fabriqués près de Bergerac par VCN Industries, entreprise spécialisée dans la mécanique de haute précision. Même chose pour les cadrans, aiguilles, bracelets, glaces et écrins. On a également noté que la jeune marque promettait pour cette année 2021 le lancement d’une montre pour ces dames. Et on se doute bien que là-dessus non plus, elle ne sera pas en retard !

Plus d’informations sur le site internet, cliquez ici

 

Commentaires


Réagissez à cet article

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire

À lire aussi