INDEX

Coup de cœur – Les Doctrinaires à Lectoure

Le 20 Sep. 2019

Après deux longues années de travaux, l’hôtel a ouvert ses chambres aux curistes, aux touristes et aux Lectourois en quête de bien-être et de confort…

Il manquait aux Thermes de Lectoure, une offre hôtelière de standing. Opération réussie avec l’Hôtel des Doctrinaires qui propose plus d’une quarantaine de chambres, en « bed and breakfast » à des prix tout à fait accessibles.


Une longue histoire, un patrimoine…

La fondation du collège est décidée le 12 octobre 1630, et il sera construit sur l’emplacement de l’ancien hôpital du Saint-Esprit au début des années 1630. Il est reconstruit de 1772 à 1774 par Joseph Lapeyre, Jacques Tourné, Samson Tourné et François Ducoumet. Le collège de doctrinaires ferme en 1792 et le collège communal ouvre en 1809. En 1899, la moitié des bâtiments est détruite par un incendie.

Entièrement restauré, le collège est cédé à l’État le premier janvier 1901. En 1928, les filles sont admises. L’établissement prend le nom de « Maréchal Lannes » en 1943, puis ferme définitivement ses portes en 1967. Vers 1980, la conciergerie et le parloir construits sur la rue Nationale après 1824, fermant ainsi la cour, sont détruits lors de l’installation d’une annexe de l’hôpital, situé tout près. Cette annexe qui a entièrement dénaturé l’intérieur des bâtiments, a fermé en 2006.


Sur le plan cadastral de 1824, on voit le cloître d’origine flanquant le collège à l’est. La chapelle qui figure à l’extrémité sud de l’aile ouest, n’existe plus aujourd’hui. L’étage de soubassement de l’aile principale du bâtiment du 18ème siècle pourrait être l’unique vestige du collège d’origine construit dans les années 1630.

Après ces années vacantes, ce chantier de 8,5 millions d’euros a véritablement transformé l’ancien collège en l’un des fleurons de l’hôtellerie gersoise.


Le chaînon manquant dans la chaîne thermale…

Il manquait aux Thermes de Lectoure, une offre hôtelière de standing. Beaucoup connaissent le secret des bienfaits des thermes de Lectoure qui repose sur une eau minérale puisée à plus de mille mètres de profondeur, à une température de 42°C.

Découverte en 1979, cette eau révèle son action thérapeutique en 1989, lors d’analyses plus poussées. Sulfatée, chlorurée et sodique, elle accompagne le traitement des pathologies rhumatismales et des séquelles de traumatismes ostéo-articulaires.


Une nouvelle étude sur la qualité de l’eau a permis de démontrer son efficacité pour la phlébologie qui complétera la rhumatologie et bientôt, six soins seront possibles après l’avis de l’Académie de médecine.

La demande croissante de cures exigeait la construction d’une offre de logement adaptée, pratique et avec un accès direct aux soins et piscines. C’est chose faite depuis juin de cette année, où ce nouvel hôtel, du groupe Valvital, l’un des leaders en France du thermalisme, a ouvert ses portes.


Une offre multiple…

L’hôtel propose plus d’une quarantaine de chambres, en « bed and breakfast » à des prix tout à fait accessibles. Une belle opportunité pour attirer du monde. Bien entendu, l’offre première s’adresse aux curistes.

Ceux-ci bénéficient d’un package très intéressant de cures avec hébergement compris. Mais l’on peut profiter des plaisirs de Lectoure, du bien-être des Thermes en liberté et bénéficier également d’une offre intéressante. À moins que l’on soit simple passant ou Lectourois, et qu’on vienne chercher à l’ombre de cette bâtisse, un simple rafraîchissement ou un verre de côtes de Gascogne, car ce qui est original c’est de proposer, de 11 à 1 h, l’accès au bar.


Un bon prétexte pour échanger sur la beauté de la ville en descendant du marché, le vendredi ou en revenant du village des antiquaires.

Découvrez le site sur doctrinaires.fr

 

 


Article réalisé avec le Journal du Gers et Eric Kawan

Suivez l’information du département sur le site du Journal du Gers

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *