SINGLE CREATEUR

CRÉATEURS ET PASSIONNÉS – Michel Darguy, Aymeric Jahan, Guillaume Duvignac et Dakoté

Le 15 Jan. 2021

Créée en septembre 2020 par trois Landais, la ferme urbaine propose des mini-pousses de plantes et du jus d’herbe de blé. Des super aliments encore peu connus des Français…

Ancien responsable de plateforme chez Delpeyrat, Guillaume Duvignac est passionné de botanique. « J’ai découvert les micro-pousses via une amie qui travaille à Toronto. Au Canada et aux États-Unis, le grand public comme les professionnels de la restauration en raffolent. J’ai voulu participer à la démocratisation de ces super-aliments chez nous, en France », raconte-t-il.


C’est en réalisant un bilan de compétence pour se reconvertir professionnellement que Laurence Courtade (La Clé de Soi) lui présente Michel Darguy, lui aussi en reconversion après avoir passé plus de douze ans dans les établissements Van de Velde (à Mont-de-Marsan). Quant à Aymeric Jahan, la troisième tête pensante de Dakoté, il a travaillé en tant de gestionnaires de flux Delpeyrat puis la Stef.

Après un an à peaufiner leur projet, ils ont créé la ferme urbaine Dakoté en septembre 2020 à Saint-Pierre-du-Mont. « Nous n’avons pas choisi ce nom par hasard : nous voulons promouvoir le circuit court et travailler avec des producteurs locaux. Quand ce n’est pas possible, on cherche à s’approvisionner en France », explique Guillaume Duvignac.


Dans cette ferme urbaine, les rôles entre les trois fondateurs sont bien répartis : spécialiste des questions financières, Michel Darguy se charge des finances et de la comptabilité ; Aymeric Jahan, de la communication et de la partie commerciale ; Guillaume Divugnac, de la production.

Et tous les trois se retrouvent sur le marché de Saint-Pierre-du-Mont le dimanche matin. On peut également retrouver leurs produits au magasin Le Goût des saisons, avenue du Maréchal-Foch à Mont-de-Marsan.


Les micro-pousses, un aliment miracle…

« Les micro-pousses sont de véritables bombes vertes : en consommer multiplie par 40 sa valeur nutritionnelle par rapport à la plante adulte. Cela s’explique par le fait que toute l’énergie de la plante est contenue dans la graine et le cotylédon », souligne Guillaume Duvignac.

Par exemple, manger 100 grammes de mini-pousses de choux équivaut à consommer un kilo 400 gr de choux. Le trio plante en tout une vingtaine de graines différentes (de la moutarde, des radis, du chou rouge, de la vanille…).

Pour en produire, le trio de Dakoté a choisi la culture hors sol et dans un bâtiment clos. « Les micro-pousses sont très fragiles. Nous faisons une agriculture raisonnée hors sols pour ne pas être tributaires de la météo et nous pouvons contrôler facilement l’hydrométrie et la température », indique Guillaume Duvignac. Mais ce dernier l’assure : pendant les 15 jours de croissance, les micro-pousses n’ont que de l’eau, de l’air et de la lumière.

« Même si les restaurateurs, notre principale clientèle, sont pour le moment fermés, nous essayons aussi de sensibiliser le grand public à la consommation des micro-pousses. Mais la Covid-19 freine sa démocratisation ».


Le jus d’herbe de blé, un super-aliment…

L’autre produit phare de Dakoté est le jus d’herbe de blé pressé à froid et surgelé. Les Américains ne jurent quasiment que par ce «super-aliment», riche en vitamine A, C et E, de minéraux et oligo-éléments. Ils contiennent aussi du fer, du magnésium, du phosphore, du potassium, du sélénium et du zinc. Tout comme les micro-pousses, le jus d’herbe de blé est très répandu en Amérique du Nord.

« Nous sommes le seul acteur à en produire sur l’ensemble du territoire français. C’est pourtant un aliment naturel qui possède de nombreux bienfaits », assure le responsable de la production avant d’ajouter « les médecins et naturopathes le prescrivent aux sportifs ou bien aux particuliers. Nous espérons approcher le Stade montois et Basket Landes pour leur présenter », révèle Guillaume Duvignac.


Cette année, le trio de Dakoté espère pouvoir développer son activité en organisant des formations pour les particuliers, de la vente de matériel et de graines bio et d’autres activités autour des micro-pousses. « Nous voulons pouvoir accueillir du public pour leur faire découvrir nos produits et nous ne nous fermons aucune porte pour le moment. Tout est possible », conclut Guillaume Duvignac.

Pour retrouver l’actualité de Dakoté, cliquez ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *