INDEX

Un éco-quartier très innovant et à dimension sociale

Le 09 Juil. 2017

Le Crédit Agricole Pyrénées Gascogne vient d’inaugurer la Verderie à Lons, illustrant sa volonté d’accompagner les transitions de son territoire

Rubriques :

Ce vendredi, Marc Didier, président du Crédit Agricole Pyrénées Gascogne, Jean-Paul Mazoyer, directeur général, et Alain Peersman, directeur général de la filiale Alternative Foncière, et Nicolas Patriarche, maire de Lons et vice-président de l’agglomération, ont ouvert officiellement les portes d’une résidence particulièrement innovante dans l’agglomération paloise.


La banque mutualiste a voulu construire cette résidence-village nouvelle génération, privilégiant aussi les circuits courts. « Sa conception écoresponsable en fait un projet des plus innovants, elle est l’illustration concrète de l’engagement « ici et ensemble » du Crédit Agricole Pyrénées Gascogne d’accompagner les transitions de son territoire, comme les transitions sociales et énergétiques » a rappelé Jean-Paul Mazoyer.


Après la Fraternité à Tarbes, la banque coopérative a lancé ce nouveau chantier tout aussi innovant, il y a deux ans. Des matériaux d’ici, des bâtiments à énergie positive, la modularité de certains pavillons, une véritable vie de village, une mixité multi générationnelle… autant d’ingrédients qui offrent des habitats d’avant-garde. Visite guidée…


La Verderie s’étale sur 1 hectare au cœur du Perlic, un quartier particulièrement aéré et boisé. « Cet ensemble de 52 logements locatifs et 100% sociaux, individuels et collectifs deviendra un véritable éco-quartier à dimension sociale » ajoute Marc Didier.

« Cette démarche originale a été initiée avec la résidence La Fraternité à Tarbes (33 familles de locataires). Ces constructions d’avant-garde illustrent la volonté de la caisse régionale d’agir utilement pour son territoire ».


Sous le trait élégant et fluide de l’architecte Valérie Despagnet, les pavillons comme les immeubles collectifs ont été conçus pour répondre aux exigences des bâtiments à énergie positive, et ont obtenu le label Bâtiment Bas Carbone.


Rien n’a été laissé au hasard. Tous les logements seront en ossature bois et panneaux CLT (bois entrecroisé-collé), revêtus de bardage bois de thuya (Oloron) ou parement de pierres (la Rhune), isolés en laine de mouton des Pyrénées (Ogeu), fibre de bois et paille. Avec des pavages en pierre (Arudy). Les circuits-courts ont ainsi été privilégiés afin de réduire les émissions de CO2 liées au transport, mais aussi pour favoriser le développement des filières locales.


« Avec ces constructions, nous avons injecté 12 millions d’euros dans l’économie locale et contribuer à redynamiser des filières en difficulté, comme celles du bois et de la pierre » s’est réjouit le Crédit Agricole Pyrénées Gascogne.


 

De l’énergie positive à la vie de village

Les bâtiments sont à énergie positive avec notamment des toitures équipées de panneaux photovoltaïques (électricité vendue à ERDF), tandis que les équipements de chauffage et de production d’eau chaude sont connectés aux réseaux de chaleur biomasse (chaufferie bois).

Les dépenses d’éclairage sont maîtrisées par l’équipement de capteurs spécifiques, et les lampes extérieures (LED) réagissent à la présence de véhicules ou piétons. De plus, un récupérateur d’eaux pluviales est prévu pour alimenter l’arrosage des espaces paysagers. Enfin, une borne permettra de recharger les batteries des véhicules électriques.


Les 52 logements en location sont réservés à des personnes bénéficiant d’aides sociales et regrouperont différentes générations. Avec des  appartements pour étudiants ou jeunes couples, des petites maisons de plain-pied pour retraités, des villas plus spacieuse pour des familles. A noter que deux studios seront mis à la disposition des locataires pour y accueillir des parents ou amis de passage.

L’objectif est de favoriser une véritable vie de village, grâce à une salle commune, des jardins partagés ainsi que la présence d’un concierge. Les locataires devront souscrire à une charte de vie et s’engageront ainsi à respecter la solidarité et l’entraide.


Une chose est sûre, la résidence fera largement le plein. Les demandes ont afflué dès que le projet a été officialisé. Il faut dire que la Verderie a tout pour plaire avec, en plus des loyers particulièrement attractifs : 406 € par mois pour un T2 de 54 m2 jusqu’à 700 € par mois pour une maison T5 de 100 m2 avec un jardin.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *