INDEX

Le Festival Ravel fait vibrer le Pays Basque

Le 06 Sep. 2019

Dans plusieurs villes, il associe des artistes de renommée internationale aux talents de demain : concerts, conférences et masters class au menu…

Jusqu’au 15 septembre, le Festival Ravel offre une belle rentrée musicale. Le festival s’installe pendant une vingtaine de jours à Saint-Jean-de-Luz, Anglet, Bayonne, Biarritz, Ciboure, Saint-Pée-sur-Nivelle et Urrugne.


L’édition 2019 s’ouvre aux esthétiques les plus diverses et accueille des formations aussi prestigieuses que variées : orchestre sur instruments d’époque, ensemble baroque, phalanges symphoniques de Nouvelle Aquitaine : Les Siècles, l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine, l’Ensemble Pygmalion, l’Orchestre Français des Jeunes, l’Orchestre Symphonique du Pays Basque.

Cette édition est aussi l’occasion de fêter l’enfant terrible du romantisme français, visionnaire et génial auteur de la Symphonie Fantastique : Hector Berlioz bien sûr, dont Ravel est l’héritier direct, à un siècle de distance. Pour prolonger cette filiation, Philippe Manoury, figure majeure d’aujourd’hui, successeur adoubé de Pierre Boulez, est l’invité de la 50e session de l’Académie. L’éclectisme des œuvres proposées vous fera parcourir quatre siècles de musique, avec un éclairage particulier sur “les” musiques françaises du temps de Ravel.


Samedi 7 septembre, Jean-Frédéric Neuburger : Chopin et ses héritiers (20h30, église de Ciboure) – Pour la première fois, Jean-Frédéric Neuburger, habitué de la Côte Basque, présentera un récital lors du festival. Le programme est à la mesure du pianiste, désormais aussi compositeur confirmé : un retour à ses amours de jeunesse qui l’ont vu consacrer, à l’âge de 16 ans, son premier enregistrement discographique aux 24 Études de Chopin, dont il jouera en exclusivité pour nous les deux grandes sonates. Sans oublier Gaspard de la nuit, le sommet pianistique de Ravel, et les Études follement virtuoses de son ami Philippe Manoury, compositeur invité cette année.


Dimanche 8 septembre, Nuits d’été, Karine Deshayes / Philippe Cassard (18h, église de Ciboure) – Habituée des grandes scènes lyriques, la mezzo-soprano Karine Deshayes nous offre un splendide panorama de la mélodie française aux côtés du pianiste Philippe Cassard. Les Nuits d’été de Berlioz et Shéhérazade de Ravel, sont complétées par les œuvres de Bizet, Gounod et Duparc. Un bel équilibre contrasté qui redonne au genre de la mélodie toutes ses lettres de noblesse.


Lundi 9 septembre, concert des Maîtres de l’Académie (20h30, église de Saint Jean de Luz) – Pour la fin du temps : de Mozart à Messiaen. Comment rêver de meilleure adéquation entre un lieu et une œuvre ? Le Quatuor pour la fin du temps, écrit au stalag par Messiaen, créé dans le même cadre avec ses compagnons d’infortune sur des instruments improbables, va résonner dans le cadre exceptionnel de l’église Saint-Jean-Baptiste, écrin idéal pour cette grande fresque mystique. En première partie, Mozart et Berlioz, deux des plus grands génies selon Messiaen, sans oublier l’ouverture de féérie, Shéhérazade, du jeune Ravel, trop rarement entendue au concert.


Mardi 10 septembre, Jeunes talents de l’Académie 2019 (18h, Saint Jean de Luz, auditorium) – Le compositeur Philippe Manoury, reconnu comme l’un des chefs de file de l’école française, incarne aujourd’hui la relève de son maître et ami Pierre Boulez. Sa recherche musicale l’a récemment porté à la chaire de Création Artistique au Collège de France. Il nous fait le grand honneur de venir pour une résidence d’une semaine. Les jeunes musiciens vont travailler des œuvres de son répertoire pendant les master-classes et les interpréter à l’occasion de ces trois concerts ainsi que pour les concerts du week-end de clôture. Comme d’habitude, les programmes proposeront un éventail d’œuvres du répertoire français, spécificité de l’Académie, mais aussi du grand répertoire classique : œuvres solistes, musique de chambre, depuis le duo jusqu’au quintette. Ils se produiront également le lendemain à 20h30 à l’Église de Ciboure.


Mardi 10 septembre, Pier Pol Berzaitz – Symphonique ! (20h30, Jaï Alaï de Saint Jean de Luz) – Pier Paul Berzaitz, chanteur souletin bien connu au Pays Basque, est aujourd’hui considéré comme l’un des artistes les plus représentatifs de la « nouvelle chanson basque ». Auteur de nombreuses chansons parmi lesquelles la célèbre Baratze Bat, chanson d’amour issue de la pastorale Harispe et devenue depuis incontournable, il nous livre, accompagné de l’Orchestre Symphonique du Pays Basque, des extraits de son répertoire associant tradition et création. Ce concert marque le retour de la formation bayonnaise, désormais Orchestre Symphonique du Pays Basque, dans le cadre du Festival. En avant-première, nous découvrirons le programme du disque que l’orchestre vient d’enregistrer en compagnie du chanteur Pier Pol Bersaitz. Après le succès de la soirée « Amoria » en 2018, anthologie de la musique basque autour de Katia et Marielle Labèque, le Festival Ravel est heureux de consacrer pour chacune de ses éditions une soirée autour du patrimoine d’Euskal Herria.


Puis…

  • Mercredi 11 septembre, Jeunes talents de l’Académie (20h30, église de Ciboure)
  • Jeudi 12 septembre, Jeunes talents de l’Académie (20h30, église de St Pée sur Nivelle)
  • Vendredi 13 septembre, Daniel Roth sur l’orgue (20h30, église d’Urrugne)
  • Samedi 14 septembre, Jeunes talents de l’Académie (11h et 15h30, Auditorium de Saint Jean de Luz)
  • Samedi 14 septembre, Diotima invite Jean-Frédéric Neurburger (20h30, église de Ciboure)
  • Dimanche 15 septembre, Jeunes talents de l’Académie (11h, Auditorium de Saint Jean de Luz)
  • Dimanche 15 septembre, Joyeux anniversaire Monsieur Offenbach, La Périchole (16h, Théâtre de Bayonne).

Plus d’informations sur le site du festival – cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *