INDEX

La startup Lunii relocalise sa production à Mouguerre

Le 30 Oct. 2020

Les jeunes parents connaissent peut-être la petite « fabrique à histoires » pour enfants, qui sera désormais produite en France, et plus précisément au Pays Basque, chez BMS Circuits…

Rubriques :

Il a fallu un investissement conséquent et 22 mois de travail pour que la startup voie se concrétiser son projet de relocalisation. Ce sera finalement à Mouguerre que se poursuivra une partie de la « success story » de cette jeune pousse parisienne fondée il y a 6 ans.


Avec son look de mini-poste radio ou de walkman étanche, la petite boîte à histoires jaune et turquoise de Lunii fait en ce moment le buzz. Par la voix de sa cofondatrice et codirigeante Maëlle Chassard, la startup parisienne créée en 2014 (avec Igor Krinbarg, Thomas Krinbarg et Éric Le Bot) a en effet annoncé tout récemment le rapatriement de sa production de la Chine vers la France. Et pas n’importe où en France, puisque c’est BMS Circuits, spécialiste des cartes électroniques établi à Mouguerre, qui a été choisi pour reprendre le flambeau.


Le principe de la petite boîte magique est simple : « Les enfants choisissent les différents éléments qui composeront leur histoire : un héros, un compagnon, un lieu et un objet ». L’appareil contient une cinquantaine d’histoires, et il est possible d’en télécharger de nombreuses autres sur un « Luniistore » qui représenterait déjà entre 5 et 10% des revenus de la jeune société. Des milliers d’heures d’histoires auraient déjà été enregistrées par des comédiens professionnels dans des studios d’enregistrement de la Capitale, et 200 titres seraient d’ores et déjà disponibles en 5 langues (français, espagnol, italien, anglais, allemand).


Un bel exemple de relocalisation…

L’entreprise aurait déjà écoulé 600.000 unités de son charmant petit appareil dédié aux 3-8 ans. En forte croissance, elle vise les 300.000 rien que cette année. En fonction des ventes pendant la période des fêtes, le chiffre d’affaires de la startup devrait en 2020 se situer entre 16 et 19 millions d’euros : c’était seulement 2,3 millions en 2017. C’est grâce à ce succès que les 4 co-fondateurs, qui s’étaient promis de le faire, ont pu envisager de revenir en France.

« Au tout début de l’aventure, les jeunes entrepreneurs que nous étions n’avaient pas les moyens de financer ce rêve. Avec Igor, Thomas et Eric, nous nous sommes cependant promis que si Lunii avait du succès, nous rapatrierions la production de Chine en France. C’est maintenant chose faite, nous en sommes très fiers », a ainsi expliqué Maëlle Chassard.


BMS Circuits, spécialiste des cartes et produits électroniques, opère sur les marchés de la géolocalisation, des télécoms, de l’énergie, du médical, du ferroviaire et de l’automobile. L’entreprise compte autour de 250 salariés et réalise plus de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires (109 en 2018). Elle ne sera pas dépaysée avec Lunii, puisqu’elle est habituée à concevoir et/ou assembler des terminaux et des décodeurs en plus de fournir l’électronique intégrée.

Outre la plasturgie et l’électronique, les boîtes à histoires sont assemblées et emballées à Mouguerre, et expédiées de là. La production a été lancée fin septembre, après 22 mois de réflexion, de travail et un important investissement dans une nouvelle ligne automatisée. Une vingtaine de salariés de BMS Circuits s’occupent d’assembler les Lunii.


L’autre moitié du pari de cette relocalisation, c’était bien sûr de maintenir ce Lunii au même prix avec une production française, à savoir moins de 60 euros (l’entreprise commercialise également un casque audio associé, baptisé Octave). Et on devine qu’il a fallu pour cela se creuser les méninges… Mais l’objectif semble bel et bien atteint.

La nouvelle est intéressante, car la jeune startup a de l’ambition et de la marge à l’export, où elle génère pour l’instant 5% de son chiffre d’affaires. Lunii aurait d’ailleurs pour projet de travailler dès 2021 au lancement d’histoires spécialement conçues pour le marché anglais.

Une éditrice aurait récemment été recrutée en ce sens, selon Les Échos. Il se pourrait donc bien que BMS Circuits n’ait pas à regretter de faire partie de cette aventure !

Plus d’informations sur le site internet, cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *