Abonnez-vous
Publié le

A saisir dans le Gers

27 châteaux attendent leurs futurs propriétaires
PL chateauavendre
  • Posséder un château, c’est un rêve d’enfant. Ou d’adulte, c’est selon. Si cette obsession ne vous a pas lâché, il est encore temps de le réaliser, car contrairement à ce que l’on pense, nombreux sont les châteaux à vendre. Tiens, rien que pour le Gers, il y en a 27, qui n’attendent que vous, votre chéquier et votre énergie. Car la vie de châtelain n’est pas forcément idyllique.

    D’abord, vérifiez que votre compte en banque est solide, puisque ce genre de gâterie a un coût : de 500.000 à 2 millions d’euros, selon l’état de la battisse. Auxquels il convient d’ajouter les frais de notaire et les indispensables aménagements et/ou modernisation, car ce qui était le fin du fin au XVIIe siècle ne correspond guère aux critères d’isolation et de chauffage d’aujourd’hui. Gare donc aux désillusions…

    Néanmoins, si la démarche vous intéresse, nous vous avons sélectionné quelques affaires, qui ne manqueront pas de retenir votre attention...

    OLYMPUS DIGITAL CAMERAAinsi, côté petit prix d’ami, voici une propriété de 9 pièces, 25.000 m2 de terrain, du côté d’Auch, à 636.000 euros. Ou celui-ci, vers Riscle, de 24 pièces et 750 m2 et 50.000 m2 de terres et de forêt, pour seulement 795.000 euros.

    Pas assez cher, mon fils ? Alors, retournons vers Auch, avec ce château de 41 pièces (famille nombreuse bienvenue) dont 12 chambres, avec chapelle et maison de gardien, au prix de 1.490.000 euros.

    Pas assez classe ? Alors, filons vers Clermont Saves, avec cette propriété du XVIIIe, rénovée dans le goût de l’époque, pour 2.400.000 euros seulement, une paille ! À moins qu’au plaisir de devenir châtelain vous ajoutiez celui d’être agriculteur, auquel cas cette propriété de Nogaro de 760 m2, 14 pièces et de 118 hectares arables n’attend que vous et un trou dans votre portefeuille de 3 à 10 millions d’euros.

    Toujours pas persuadé ? Pourtant, ces prix ne sont guère plus élevés qu’un F4, ou un appartement de prestige à Paris. Alors… à vous de décider !

    À lire aussi