Abonnez-vous
Publié le

Avec les Fleurons de Lomagne, on se régale

Depuis plus de vingt ans, l’entreprise familiale propose une sélection de produits du Sud-Ouest novateurs et de qualité...
Avec les Fleurons de Lomagne, on se régale
Pour représenter toutes les richesses gastronomiques de la Gascogne, rien de mieux que de s’installer à Lectoure, et de faire des petits dans la foulée : Condom, Agen et Auch.

C’est dans ces quatre boutiques que les amateurs de bonne chère peuvent s’approvisionner directement, parmi les mille trois-cents références des Fleurons de Lomagne.

On y trouve bien sûr du foie gras, des terrines, des confits, du fromage, de l’ail blanc, du melon l’été, des pruneaux, des vins et armagnac issus de producteurs locaux et régionaux partenaires. Et parfois même des acteurs sportifs ou culturels, comme les joueurs de rugby, les artistes des Nuits Musicales en Armagnac, les comédiens de La Boîte à jouer… venus animer les lieux en certaines occasions.

Ces points d’accueil s’ajoutent au site de vente en ligne, même si l’activité initiale des Fleurons de Lomagne concernait la commercialisation de colis gastronomiques auprès des comités d’entreprise et des municipalités, grâce aux neufs commerciaux répartis sur toute la France.

Face au succès de l’ouverture de leur première boutique en 2003 à Lectoure, Cécile et Régis Liot, les dirigeants, ont donc décidé de poursuivre leur initiative, pour satisfaire au mieux la clientèle en offrant un accueil physique plus personnalisé.

En ouvrant ces espaces spacieux et lumineux, dans un concept de “Halle gastronomique”, le visiteur circule aisément, et bénéficie de conseils judicieux pour ses achats. Un service très apprécié lorsqu’il s’agit de faire son choix parmi toutes ces pépites culinaires.

Il est d’ailleurs prévu que des franchises soient développées sur tout l’Hexagone, pour que le meilleur de la Gascogne s’invite sur toutes les tables des gourmets.

Car quand on aime, on partage !

Informations sur le site internet des Fleurons de Lomagne

Commentaires


Réagissez à cet article

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire

À lire aussi