INDEX

Les saveurs d’ici – Recettes et bons plans

Le 28 Fév. 2020

Aujourd’hui, découvrez la recette du cassoulet et deux bonnes adresses : la coopérative du haricot tarbais et l’oignon de Trébons…

PresseLib’ et Solenne vous offrent des recettes, mais aussi des adresses de producteurs ou artisans du bassin Adour Gascogne. Cette rubrique hebdomadaire alterne des recettes offertes par des chefs, des recettes « maison » proposées par des lecteurs et des recettes anciennes revisitées.


A la suite de chaque recette, vous trouverez des bonnes adresses sur le bassin Adour Gascogne, sélectionnées par des chefs et par PresseLib’ : des produits de l’agriculture du territoire ou des produits transformés ici, mais aussi des articles fabriqués sur le bassin Adour Gascogne, liés aux arts de la table ou à la cuisine. Une sélection que n’est pas forcément liée à la recette du jour.

Aujourd’hui : la coopérative du haricot tarbais et l’oignon de Trébons.

Vous pouvez nous faire parvenir des recettes de famille par mail à redaction@presselib.com


La recette de la semaine – Cassoulet de Pâques aux haricots tarbais

Recette pour 6 personnes, proposée par Sophie François-Mülhens, du blog « Dans la cuisine de Sophie », avec des haricots tarbais et de l’agneau de Bigorre.

Temps de préparation : 30 minutes
Temps de cuisson : 4h30
Attente : une nuit (trempage des Haricots Tarbais)

Ingrédients : 600 g de haricots tarbais secs ; 300 g de tomates concassées en boîte ; 6 saucisses de Toulouse ; 2 souris d’agneau ; 400 g de ventrèche plate ; 1 gros oignon et 4 gousses d’ail ; 1 bouquet garni et 2 clous de girofle ; sel et poivre du moulin ; 1 cuillère à soupe d’huile de tournesol ; un peu de chapelure (facultatif).


Préparation la veille au soir : mettre à tremper les haricots tarbais dans 3 fois leur volume d’eau.

Préparation le jour-J

  • Egoutter les haricots tarbais et les rincer sous l’eau fraîche
  • Les placer dans une grosse cocotte et couvrir d’eau froide
  • Faire cuire pendant 30 minutes à feu moyen, puis égoutter
  • Pendant ce temps, éplucher l’oignon et le piquer avec les clous de girofle
  • Peler les gousses d’ail
  • Replacer les haricots tarbais dans la cocotte ; ajouter les tomates concassées avec l’oignon et les gousses d’ail ; placer également le bouquet dans la cocotte.
  • Faire cuire à feu doux pendant 1h30
  • Pendant ce temps, faire griller les saucisses dans une poêle, ainsi que la ventrèche
  • Les réserver sur une assiette

  • Ajouter un peu d’huile et faire dorer les souris d’agneau ; saler et réserver
  • Placer les différentes viandes dans la cocotte en les enfouissant dans les haricots tarbais.
  • Ajouter un petit peu d’eau si nécessaire et laisser cuire à feu doux pendant 2 heures
  • Placer le cassoulet dans un grand plat allant au four (ôter l’oignon, les gousses d’ail et le bouquet garni), poivrer
  • Saupoudrer de chapelure et placer sous le gril pendant 20 minutes.
  • Servir de suite.
  • Astuce de Sophie, pour la version sans chapelure : rectifier l’assaisonnement en sel et poivreLes bonnes adresses

Le haricot tarbais et ses producteurs

Issu d’un savoir-faire unique qui lui procure une saveur inégalable, le haricot tarbais possède des qualités gustatives hors-pair. À la fois riche en fer, fibres et protéines, il s’agit d’une super légumineuse concentrée en nutriments et vitamines. Sans gluten, particulièrement pauvre en lipides et amidon, sa texture est d’une remarquable tenue.

Ce grain à la chair fondante et moelleuse possède une peau fine qui lui permet une meilleure reprise en eau, le rend incomparablement fondant en bouche, léger et digeste. Il n’éclate pas et ne s’écrase pas en purée durant la cuisson. Sa peau fond avec la chaleur dans une savoureuse onctuosité.


Année après année, le célèbre haricot reprend une place de choix sur les plus grandes tables, grâce à une soixantaine de producteurs passionnés et une production annuelle d’environ 200 tonnes.

Après avoir obtenu le Label Rouge (1998), le haricot tarbais a obtenu son IGP (indication géographique protégée) qui vient garantir son origine. Il bénéficie aujourd’hui d’une belle notoriété, reconnue par les plus grands chefs pour son fondant inégalé et ses qualités organoleptiques hors-pair.

Renseignements sur le haricot tarbais et commandes – cliquez ici


L’oignon de Trébons

Cultivé manuellement avec un soin tout particulier depuis au moins trois siècles dans ce petit village de la haute vallée de l’Adour, il a conquis le cœur des villageois, au point qu’on le retrouve dans quasiment tous les jardins familiaux.

Ici, on le consomme, cru ou cuit, tout au long de l’année. Primeur au printemps, demi-sec et sec à la fin de l’été, ou « Cébars » (à partir de repousses) de novembre à avril. En confit, il se marie parfaitement avec le foie gras, le magret, la viande blanche…


Un comité se charge aujourd’hui de protéger la semence (un dépôt de marque a été enregistré auprès de l’Institut National de Propriété Industrielle), de promouvoir le produit en participant à des salons, et de fédérer les producteurs.

Informations sur le site internet – cliquez ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *