SINGLE CREATEUR

CREATEURS ET PASSIONNES – IS Decisions : 20 ans, de Bidart à Boucau

Le 16 Sep. 2020

L’entreprise pilotée par François Amigorena, compte de prestigieux clients comme le FBI, l’armée américaine ou les grands constructeurs automobiles allemands…

En août, l’éditeur de solutions de cybersécurité établi à Bidart a fêté ses deux décennies d’existence dans son élégant nouveau siège, imaginé à Boucau et livré en début d’année.


On n’a pas tous les jours 20 ans. Immatriculée en août 2000, la société IS Decisions, installée sur la technopole Izarbel, pouvait bien se faire plaisir et s’offrir… un nouveau siège social. Mais commençons par le début.

Spécialité de la maison ? La sécurisation des environnements Windows. IS Decisions commercialise aujourd’hui deux solutions-phares : Userlock pour l’authentification à deux facteurs et la gestion d’accès, FileAudit pour la surveillance et l’audit d’accès aux fichiers, sur serveurs Windows ou dans le cloud. À ces logiciels s’ajoutent les deux outils RemoteExec (Installations, exécutions et mises à jour à distance) et WinReporter (audit de sécurité et reporting pour serveurs et postes de travail).


Une clientèle prestigieuse…

L’entreprise, qui dispose d’une succursale à Shanghai, compte aujourd’hui plus de 3.000 clients du monde entier, et pas des moindres, entre gros constructeurs automobiles (Honda, Mercedes, Volkswagen, BMW), banques (Santander, Barclays) et grands comptes français (Danone, LVMH, Total). Partenaire de Microsoft, IS Decisions marche aussi très bien aux États-Unis, où de grands noms comme Boeing, Dell, la Bank of America, le FBI et l’US Army lui font confiance. Ce dernier pays représenterait un tiers de sa clientèle.


L’objectif de tous ces grands comptes ? Se prémunir contre d’éventuelles failles de sécurité, demeurer en conformité avec les normes de régulation et optimiser les tâches d’administration de leurs services informatiques.

Aujourd’hui, avec sa vingtaine de salariés, IS Decisions réalise entre un et deux million(s) d’euros de chiffre d’affaires chaque année. Son dirigeant, François Amigorena, a expliqué récemment dans la presse que la société s’était plutôt bien adaptée à la crise du covid, que ce soit en termes d’activité ou d’organisation du travail (à distance) pendant le confinement.

Les reports de projets touchant à la cybersécurité, dans certains grands groupes fragilisés par la situation sanitaire (type compagnies aériennes), auraient été compensés par une nouvelle demande, en grande partie liée à l’essor soudain du télétravail et à la nécessité de sa sécurisation.


Désormais, les salariés d’IS Decisions peuvent profiter pleinement de leurs locaux flambant neufs, imaginés du côté de Boucau par Pierre-Antoine Andrieu (ALC Architectes) pour « procurer de manière bioclimatique toutes les formes de confort ». On devait déjà à cette agence des réalisations comme l’institut des études internationales européennes et transfrontalières de l’université de Bayonne, la halle sportive du lycée Croizat de Tarnos ou encore le collège Barbusse de Boucau. Et on n’oublie pas les entreprises locales impliquées dans la construction, à commencer par EBA (Anglet, 18 salariés) pour le gros-œuvre.


Nouveaux locaux tout confort…


Construit sur une pente et nanti d’un parking semi-enterré, ce nouveau siège de 410 m2, en bordure de forêt, mêle sobrement le bois, avec son bardage « constitué de lames de mélèze non rabotées issues d’une exploitation raisonnée des Hautes-Pyrénées » ou ses panneaux de contreplaqué en pin des Landes, la pierre, avec ses gabions « remplis de galets roulés des gaves locaux », et puis 173 m3 d’un béton conservé tel quel, pour la conservation de la chaleur ou de la fraîcheur selon la saison.


L’un des quatre pans de façade, côté forêt, est entièrement vitré, reçoit une lumière filtrée par les arbres et s’ouvre sur 100 m2 de terrasses. C’est de ce côté du bâtiment que sont logiquement logés les bureaux et espaces de détente. Le confort acoustique des salariés a aussi été pris en compte via le recours à des panneaux de mousse haute performance. Et pour finir, « la traditionnelle ventilation mécanique est doublée par un système de ventilation naturelle qui pourra fonctionner environ 6 mois par an ».

Bref, on a connu pire cadre pour aller travailler. Ce qui tombe bien : l’entreprise devrait continuer d’investir dans sa R&D et de recruter. Avis aux amateurs…

Plus d’informations sur le site internet, cliquez ici

 

Un commentaire au sujet de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *