SINGLE CREATEUR

Créateurs et passionnés – Matthieu Lefin et Rip Curl

Le 17 Mai. 2019

Le quadragénaire béarnais prend les commandes de la célèbre marque australienne en Europe, depuis le siège d’Hossegor. Il relève le défi d’ouvrir de nouvelles perspectives…

Alors que Rip Curl vient de fêter à Torquay (près de Melbourne) ses 50 ans d’existence, l’activité en Europe est restée à peu près stable ces dernières années. Bien loin de son niveau d’il y a 10 ans, mais avec des signaux plutôt encourageants.


Matthieu Lefin, qui dirigeait les opérations, remplace à la direction générale Europe Wilco Prins. Ce dernier était en poste depuis 6 ans et avait eu la lourde tâche de redresser la barre après une année noire marquée par un plan social de plusieurs dizaines de licenciements, dont une trentaine au siège d’Hossegor.

En 2012, dans la lignée de la crise financière survenue 4 ans plus tôt, les ventes avaient encore reculé de 25%, atteignant 75 millions d’euros, et l’on a alors parlé d’éclatement de la « bulle surfwear ». Wilco Prins a poursuivi une stratégie visant à enrayer cette chute des ventes en recentrant l’activité sur le cœur de métier historique des produits techniques destinés à la pratique des sports de glisse.


Cette année, la promotion de Matthieu Lefin survient dans une atmosphère un peu plus détendue. Depuis 2014, les ventes de Rip Curl Europe se sont en effet stabilisées autour des 50 millions d’euros. Après un joli rebond en 2016 (54 M€) et un retour à la normale en 2017 (49 M€), on ne peut certes pas dire que 2018 ait été un énorme cru en termes de chiffre d’affaires, avec seulement 47 millions d’euros de ventes, soit un recul d’environ 5%.


Un profil rassurant et de bonnes perspectives…

Pour autant, cela faisait un bon moment que Rip Curl Europe n’avait pas affiché une rentabilité aussi solide : après avoir essuyé des pertes sur 3 des 4 exercices précédents, elle a enregistré 2,7 millions d’euros de bénéfices en 2018. Des résultats significatifs qui, au moins sur le plan calendaire, ont coïncidé avec l’arrivée de Matthieu Lefin, jusque-là directeur financier, à la direction des opérations.

Le profil de ce quadragénaire, Palois d’origine et diplômé de l’ESC locale, aurait plutôt de quoi rassurer, puisqu’après avoir fait ses armes au sein du géant londonien de l’audit PricewaterhouseCoopers et acquis une dizaine d’années d’ancienneté chez Rip Curl Europe, on peut dire qu’il connaît à la fois l’entreprise en général et la maison qu’il va diriger en particulier. Et bien entendu, on parle d’un fondu de surf… et de rugby. Toutes les cases sont donc cochées.


Pour le nouveau dirigeant, au-delà d’éventuels chantiers organisationnels (sans impact sur l’emploi, nous prévient-on) et d’un petit lifting des bureaux d’Hossegor, les défis à venir seront peu ou prou ceux auxquels est confronté le secteur textile en général.

Dans un contexte marqué par l’accélération du rythme d’apparition des collections ou encore par l’importance d’une bonne gestion des pics d’activité saisonniers ou promotionnels, il s’agira entre autres d’optimiser l’exploitation des 3 grands canaux de vente que sont le détail (en magasin), la vente en ligne et la vente en gros. Et bien sûr de maintenir la bonne visibilité de la marque auprès des amateurs de sports de glisse…


Plus d’informations sur le site internet de Rip Curl

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *