INDEX

L’ESTIA en leader d’un programme d’avant-garde

Le 03 Juin. 2019

Depuis Bidart, l’école d’ingénieur pilote le projet européen DURABLE autour des technologies issues de l’aérospatiale, de la robotique et de la réalité virtuelle…

Rubriques :

Mis en place le 1er avril dernier, ce programme de recherche européen associe une quinzaine de partenaires originaires de cinq pays de la façade Atlantique. L’objectif est de promouvoir le développement des énergies renouvelables.


DURABLE s’inscrit dans le programme Interreg Atlantic Area, géré par l’Europe. C’est un projet de recherche et de transfert de technologies, axé sur le développement de solution sur des drones et des robots mobiles pour assurer la veille, la détection de défauts et la réparation de ceux-ci sur des installations qui utilisent les énergies renouvelables (type éoliennes et panneaux solaire).

 


Une quinzaine de partenaires européens…

Ce projet regroupe donc une quinzaine partenaires en provenance des différents pays européens de la façade de l’océan Atlantique : Portugal, Espagne, France, Irlande et Royaume-Uni. « Chacun des partenaires intervient en fonction de son domaine d’expertise », souligne Patxi Bérard, chef de projet à l´École supérieure des technologies industrielles avancées (ESTIA), leader de ce projet.

« Les partenaires irlandais et anglais travaillent essentiellement sur la commande des drones, les portugais sur la conception et la commande des robots mobiles, les français sur tout ce qui touche à la réalité virtuelle et les espagnols se chargent de la communication et du côté administratif du projet ainsi que d’action d’ingénierie autour de la détection de défaut par exemple ».


« Depuis 25 ans, l’ESTIA est une des meilleures écoles d’ingénieurs françaises à l’international. Nous avons déjà travaillé sur des projets de réalité virtuelle par le passé, c’est pour cela que nous avons voulu nous impliquer dans ce projet européen de recherche », insiste Patxi Bérard. De fait, les régions de l’Atlantique se situent au-dessous de la moyenne de l’Union européenne (UE), en ce qui concerne la consommation d’énergie provenant de sources renouvelables. Les pays doivent mettre à jour leurs technologies de production d’énergies renouvelables pour surmonter ces défis.


Un projet porteur d’avenir…

Un budget de 3,9 millions euros, financé par le Fonds européen de développement régional (Feder), a été attribué à ce programme de recherche. L’objectif de DURABLE est d’accélérer la performance des entreprises évoluant dans le secteur des énergies renouvelables grâce à la validation et à la démonstration du transfert de technologies issues de l’aérospatiale (comme par exemple la technologie de Water Jet) appliquées à l’exploitation et la maintenance des éoliennes et des panneaux solaires.

L’application de ce type de technologie permettra d’automatiser en partie les tâches d’inspection et de réparation, réduisant ainsi les coûts et favorisant par la même occasion la production.


Pour la première fois, DURABLE unira des technologies issues du domaine de l’aérospatiale, de la robotique, de la réalité virtuelle et augmentée, de l’inspection non destructive et de la fabrication additive, pour résoudre les problèmes actuels liés à l’exploitation et à la maintenance des parcs éoliens et solaires. Il rendra ses conclusions en avril 2022 (c’est un programme de trois ans) par la réalisation d’un prototype et d’un test de la solution du projet pilote.

« Il a pour vocation à briser les verrous technologiques, la principale sortie de ce projet sera une étude scientifique et un retour d’expérience sur l’utilisation des technologies au cours du pilote. Mais pour un industriel, ce programme pourra générer de l’appétence pour ces nouvelles solutions issues des expérimentations et des idées d’axe exploratoire pour le développement de son entreprise », conclut Patxi Bérard.

Informations sur le site internet – cliquez ici

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *