INDEX

À Capbreton, Ma cabane sur le port fait peau neuve

Le 25 Sep. 2020

La chaleureuse table de la rue des Pêcheurs, en face du marché aux poissons, a rouvert début juillet, après des travaux bienvenus et une refonte de son identité visuelle…

Rubriques :

On vous avait promis des nouvelles de « Ma Cabane sur le port », cette bonne adresse dont on vous avait parlé en fin d’année dernière. Malgré la crise sanitaire, l’affaire a bien tenu le choc et affiche complet depuis deux mois.


Lorsque le confinement de la population a été annoncé en mars dernier, Ma cabane sur le port, la table de Jean-Baptiste Dhuez à Capbreton, s’apprêtait à lancer d’importants travaux de rénovation. Des travaux qui, crise sanitaire oblige, ont un peu traîné. Le restaurant n’a finalement rouvert que début juillet, avec son nouveau logo et surtout une belle véranda, une déco rafraîchie, d’élégants murs bleu-gris, un look plus contemporain et toujours autant d’idées dans l’assiette.

Un mal pour un bien, car les conditions de réouverture, au moment du déconfinement, n’auraient pas forcément permis à cette table d’une trentaine de couverts d’assumer les mêmes charges avec une capacité réduite, et surtout sans garantie de faire le plein. Le chef d’origine bretonne a donc fait le judicieux pari d’attendre que la saison soit bien lancée. Et fort heureusement, les estivants étaient déjà là début juillet, visiblement beaucoup plus nombreux que l’an dernier à la même époque.


Nouvelle carte automnale…

« Depuis, nous tournons avec 40% de capacité en moins, mais nous avons été complets midi et soir. La saison a été très bonne et on a bien tenu le coup côté trésorerie », résume Jean-Baptiste Dhuez. Bref, tout s’est donc plutôt bien goupillé à Capbreton, même si l’on n’a pas pu s’aligner sur le niveau d’activité de l’an dernier.

Désormais, l’été s’achève et la carte automnale est prête, avec (entre autres) en entrée gaspacho de pois cassés ou tartare de cabillaud et nectarines, en plat le pavé de thon et son crémeux de coco ou la poitrine de cochon au potimarron, et en dessert un minestrone de poire, verveine et citron, ou encore le financier pistache avec ses fruits rouges.

Le principe reste le même : une cuisine créative et qualitative à prix doux, avec le midi ces « menus du marché » toujours bien trouvés, servis dans une ambiance conviviale, et donc dans un cadre tout nouveau tout beau. Ces dernières semaines, on pouvait (par exemple) se faire plaisir avec un tartare de thon blanc (cacahuètes et maïs), un pavé de lieu jaune (avec gnocchis, pousses d’épinards et crème parmesan) ou encore des figues fraîches (avec crumble de noix et miel).


Du côté de la rue des Pêcheurs, devant le parking Pompidou, on n’attend dorénavant plus que la pose de la nouvelle enseigne, qui ne devrait plus trop tarder. Enfin, amis gastronomes, n’oubliez pas de réserver avant de vous rendre sur place !

Plus d’informations sur le site internet, cliquez ici

Notre article de décembre 2019, cliquez ici

 

Un commentaire au sujet de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *