INDEX

PYRÉNÉES, TERRITOIRE D’INNOVATIONS – Rencontre avec Jean-Jacques Lasserre

Le 04 Déc. 2020

Le président du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques a été le principal artisan de la labellisation du 64 et du 65. Zoom sur une démarche ambitieuse et porteuse d’avenir…

Les Départements des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées se sont battus ensemble pour intégrer le cercle très convoité des 24 « Territoire d’Innovations » français. Avec l’obtention de ce label en 2018, la démarche baptisée « Innopy » porte un programme de 127 millions d’euros d’investissements sur 10 ans, financé à hauteur de 23,7 millions d’euros par l’État. De quoi déclencher une dynamique très prometteuse.


La compétence économique à l’échelon local a été transférée du département à la région. Pourquoi les Pyrénées-Atlantiques ont-elles candidaté à l’appel à manifestation du gouvernement ?
Jean-Jacques Lasserre – Je dois avouer que je n’ai jamais été favorable à la redistribution des compétences économiques entre les Régions et les Départements. Perçus comme désuets depuis quelques années, ces derniers ont pourtant encore un rôle à jouer pour le territoire. Nous avons postulé à Territoire d’Innovations Grandes Ambitions (TIGA) pour concrétiser très clairement cette conviction. J’ai toujours été persuadé que les Départements étaient bien placés et pertinents pour mettre en avant les gisements d’idées ainsi que la capacité d’entreprendre de leurs habitants. Nous sentons à quel point les savoir-faire locaux sont puissants et qu’il est très important d’accompagner leur développement.


Vous avez candidaté deux fois à « Territoire d’Innovations ». Qu’est-ce qui n’a pas marché en 2017 et pourquoi vous avez retenté votre chance en 2018, dans une candidature commune avec les Hautes-Pyrénées ?
J-J. L. – Notre première tentative n’est pas un échec, loin de là. Nous n’avons peut-être pas su séduire le jury, mais notre projet a été salué par les commissions nationales qui nous ont reçu. Du coup, nous l’avons approfondi et complété avant de le présenter de nouveau. Rester figé sur les limites administratives et les frontières entre les régions est une erreur. Sur le terrain, nous avons de nombreux points communs avec les Hautes-Pyrénées : la montagne est très présente dans nos deux territoires, notamment avec la dimension touristique et le pastoralisme. Il existe une réelle synergie potentielle entre nos deux départements, qui peut s’enrichir d’une saine concurrence et inspirer des bonnes pratiques. Que ce soit dans l’agriculture, dans la gestion de la montagne ou encore dans le tourisme, nous nous renforçons mutuellement grâce à notre vécu et à nos savoir-faire.


La transition écologique est un thème central de cette démarche…
J-J. L – Oui, il est à la fois central et transversal… Nous nous sommes emparés de ces problématiques comme un fil rouge des initiatives qui feront notre avenir. Il s’agit de l’une des grandes préoccupations de notre société. Si nous voulions être innovants sur des sujets prégnants en y apportant notre lecture et notre expertise, la transition écologique devait être au coeur de notre approche. Elle ne pouvait que renforcer notre dossier de candidature.


Innopy a sélectionné 22 projets. Quels sont ceux qui ont le plus attiré votre attention ?
J-J. L – Tous sont pertinents. Par exemple, celui de SFR a retenu mon attention parce que l’entreprise va investir dans les Pyrénées-Atlantiques pour imaginer un service numérique innovant destiné à l’agriculture. C’est d’autant plus intéressant qu’on a souvent l’impression que l’agriculture est le dernier secteur concerné par le numérique. En termes d’énergies renouvelables et d’agriculture, je me réjouis aussi qu’une multitude de petits projets vont rapidement porter leurs fruits, ce qui est tout aussi important. Je pense notamment aux aventures de Gaz de Ferme et du Lin des Pyrénées.


Territoire d’Innovations attire aussi bien les petites que les grosses entreprises et une cinquantaine de partenaires de toutes tailles ont souhaité se joindre au programme. Cet engouement vous a-t-il surpris ?
J-J. L – Les petites entreprises profitent du développement territorial pour émerger. Quant aux grands groupes, ils ont compris depuis plusieurs années qu’ils ne pouvaient pas construire leurs activités dans la durée, sans être en harmonie avec le développement local. Ainsi, Teréga et Engie ont montré qu’ils souhaitent impacter positivement et durablement le territoire. De même, on constate depuis peu que les grosses entreprises reconsidèrent leur position vis-à-vis des actions menées à l’échelon local. Cet élan est très prometteur. Mais, cet engouement territorial ne nous étonne pas vraiment. Nous l’espérions et il nous conforte dans notre projet. Grâce à Innopy, nous avons pu prouver que le Département est un échelon précieux et pertinent pour le développement d’un territoire.


Cette dynamique n’ouvre-t-elle pas de nouvelles voies vers des collaborations plus poussées avec les Landes ou le Gers ?
J-J. L – Nous sommes très ouverts à ces collaborations interdépartementales. C’est une évidence que nous avons intérêt à partager nos expériences et savoir-faire pour trouver des solutions communes. Il y a de nombreux sujets communs entre les départements limitrophes, sur le terrain. Je pense notamment au thermalisme, à l’agriculture ou encore au tourisme. Ces collaborations sont donc amenées à s’intensifier. Je tiens également à souligner la qualité de nos partenariats dans le département, spécialement avec le monde universitaire. L’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) regarde de très près l’émergence de ces nouveaux projets et nous avons des coopérations très intéressantes à amplifier pour accompagner le développement du territoire.

 


Déjà publiés

  • Le 64 et le 65 au cœur du projet – cliquez ici
  • Vers une filière d’excellence du lin – cliquez ici
  • Gaz de Ferme, précurseur en mode biogaz – cliquez ici
  • Les Bricobus des Compagnons bâtisseurs Nouvelle Aquitaine – cliquez ici
  • La Fabrique du Numérique Paloise tremplin pour l‘emploi – cliquez ici

 

Un commentaire au sujet de cet article

  1. Félicitations au Président Jean-Jacques Lasserre pour sa ténacité et la pertinence de sa politique de développement territorial. Tous mes souhaits de réussite aux 2 départements Pyrénéens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *