Abonnez-vous
Publié le Mis à jour le

DECRYPTAGE - la fermeture des librairies en question

L’annonce du reconfinement s’est accompagnée d’une vive polémique sur le statut du livre, la fermeture des librairies et les distorsions de concurrence qui en ont résulté. Le débat reste ouvert…
LIBRAIRES 1
Pour aider le lecteur à se faire son opinion, PresseLib’ a contacté d’un côté Amazon, et de l’autre deux librairies du bassin de l’Adour, L’Escampette, à Pau, et L’Escapade, à Oloron. L’occasion de faire le point sur les arguments des uns et des autres.

Cela n’aura échappé à personne : l’annonce du reconfinement et de la fermeture des commerces « non essentiels » de centre-ville a été immédiatement suivie d’une fronde des libraires indépendants, assez largement médiatisée. Depuis, le débat se poursuit et l’on peut dire qu’il se situe globalement à deux niveaux : d’un côté celui du choix de considérer le livre comme un produit secondaire et conséquemment de fermer les petites librairies, et de l’autre celui des distorsions de concurrence qui en ont résulté avec les acteurs de l’e-commerce et de la grande distribution.

Sur le premier point, les libraires sont évidemment déçus de cette nouvelle relégation du livre au second plan, mais plus philosophes qu’il n’y paraît, à l'image d'Aline Audran, qui avec Jérôme Rivière a repris en 2017 la librairie paloise L’Escampette (rue des Cordeliers).

Elle préfère ne pas trop se focaliser sur cette question : « En tant que libraire, je ne peux évidemment pas considérer que le livre est un bien non essentiel, mais c’est un peu un débat sans fin. Par exemple, mon voisin vend des bonnets, qu’il peut tout aussi bien juger essentiels à l’approche de l’hiver… Finalement, nous préférons nous concentrer sur nos espoirs de réouverture en décembre ».

Cédric Laprun, gérant de la Librairie de l’Escapade, rue de la Cathédrale à Oloron, note pour sa part qu’au-delà du seul livre, « c’est un peu toute la culture qui paraît jugée non essentielle, avec l’impossibilité de se rendre au cinéma, au théâtre ou à un concert ».

Polémiques autour d’Amazon…

Une tempérance toute béarnaise qui n’empêche pas nos libraires d’évoquer la « charge symbolique » de telles mesures, et aussi d’avoir la dent un peu plus dure sur le second point de la concurrence des grandes surfaces et des gros e-commerçants, considérés comme largement favorisés par toute la profession.

D’abord, et c’était déjà le cas lors du premier confinement, c’est le géant américain Amazon qui est pointé du doigt par nombre de libraires français. Derrière lui, Jean Castex et Bruno Le Maire ont également été vivement critiqués la semaine dernière, accusés par beaucoup de faire le jeu de l’e-commerçant. Interrogé par TF1 le 1er novembre, le premier ministre avait vite tenté de rectifier le tir en invitant les Français à « retarder, décaler » leurs achats « plutôt que de commander, sur un grand site étranger, des produits par Internet ».

Chez Amazon, on a accueilli avec modération cette déclaration. Jointe par nos soins, l’entreprise déploie son argumentaire habituel. Régulièrement attaquée, elle tient d’abord à relativiser son impact sur le commerce hexagonal, et par ricochet sur celui du livre.

« Aujourd’hui, le e-commerce hexagonal ne représente encore que 9,8% du commerce en général. Nous représentons quant à nous 20% du e-commerce en France. C’est-à-dire que notre part de marché dans le commerce français en général n’excède pas 2% », explique ainsi la porte-parole d’Amazon France, Julie Valette, laquelle rappelle à demi-mot que la plateforme est loin d’être la seule à vendre du livre en ligne. De fait, on peut citer de nombreux autres acteurs comme Fnac.com, Decitre, Rakuten, eBay et même, depuis cette année, le géant bordelais Cdiscount.

Amazon ajoute que 10.000 TPE et PME utilisent actuellement sa place de marché pour vendre leurs produits : « 6 articles sur 10 sont aujourd’hui vendus sur Amazon par des tiers et ne proviennent pas directement de nos propres stocks », renchérit la porte-parole.

Des tiers qui profitent évidemment de la visibilité du portail Amazon pour écouler leur production, constat valable pour le livre comme pour tous les autres types de produits. Et des tiers qui peuvent en outre bénéficier des services de stockage et d’acheminement de l’entreprise. « Les études montrent que loin de cannibaliser les ventes des commerces physiques, Amazon contribue à accroître le trafic en boutique », conclut la responsable.

Et bien entendu, il y a la question des emplois créés par Amazon en France. À chaque lancement d’entrepôt, ce sont plusieurs centaines de salariés qui sont recrutés. La plateforme logistique de Brétigny, lancée l’an dernier et largement robotisée, devait ainsi engendrer la création d’un millier de postes. Et les politiques ne manquent jamais de s’en féliciter, tel Xavier Bertrand dans les Hauts-de-France.

La grande distribution, le vrai concurrent ?

L’argumentaire de la société américaine fait un peu sourire nos interlocuteurs béarnais : « Les éditeurs avec lesquels nous sommes en contact ne tiennent pas forcément le même discours. Certains nous disent faire entre 20 et 30% de leur chiffre d’affaires grâce aux ventes sur Amazon. C’est parfois plus, parfois moins, mais on est à mon avis assez loin des 2% sur le marché du livre », explique Aline Audran, qui balaie également l’argument des créations d’emploi : « Des études montrent aussi qu’il y a davantage d’emplois détruits que créés par l’essor de plateformes comme Amazon ».

Mais la libraire appelle à la responsabilité individuelle plutôt qu’à un boycott en règle : « Les consommateurs sont face à un choix, et c’est à eux de décider à qui ils souhaitent donner leur argent, tout en sachant que leurs achats auront un impact réel sur la vie de leurs centres-villes ».

Aline Audran ne nie cependant pas que davantage qu’un Amazon, ses concurrents directs soient plutôt les acteurs de la grande distribution physique établis localement, en l’occurrence un « Espace Culturel Leclerc », une Fnac et un magasin Cultura (sur Lescar). Encore que pour Cédric Laprun, l’Espace Culturel Leclerc d’Oloron ne soit pas nécessairement un concurrent direct : « On ne parle pas forcément de la même clientèle », expose-t-il.

Sans d’ailleurs se priver de mettre les pieds dans le plat concernant Amazon, y compris par comparaison avec les autres « pure players » de l’e-commerce : « On parle d’une entreprise qui ne paie pas les impôts qu’elle devrait payer en France et dont les salariés sont largement exploités. Les vendeurs de la marketplace bénéficient certes d’une visibilité, mais beaucoup d’entre eux concèdent aussi que les conditions ne sont pas extraordinaires ». Sur le sujet, on notera que certains élus ont réclamé des mesures fiscales adaptées, comme des points de TVA supplémentaires pour Amazon le temps du confinement, voire une taxation foncière de ses terrains pour abonder un fonds de solidarité en faveur des petits commerces.

Enfin, au-delà des chiffres, le libraire d’Oloron ne tourne pas autour du pot : « Je ne suis pas sûr de vouloir d’un monde où l’on achète tout par internet et où l’on se fait tout livrer chez soi. Et il n’est d’ailleurs pas certain que cela colle aux us et coutumes de notre pays ». Autrement dit, en sus de l’accueil et du conseil, points forts des libraires indépendants, il y a encore une fois le lien social en général, et tout particulièrement dans nos centres-villes.

Pour en revenir à la grande distribution, on aura aussi noté le coup de gueule de Michel-Édouard Leclerc qui, contraint de fermer ses rayons de produits non essentiels comme les livres, se plaint de l’absurdité des mesures du gouvernement : « J’ai le droit de vendre un pyjama de 2 ans car c’est un article de puériculture mais pas de 3 ans car c’est de l’habillement ! J’ai le droit de vendre un journal mais pas un livre », a-t-il notamment déclaré, évoquant un certain désordre en magasin et toute une production de biens « non essentiels » risquant de ne pas être vendue pour les fêtes (en prenant notamment les exemples du sapin de Noël et du jouet), au détriment des fournisseurs de l’enseigne.

Les libraires d’ici tiennent le choc…

Et ça chauffe, puisque le dirigeant ne s’est pas privé de qualifier le premier ministre de « meilleur employé d’Amazon en France », tout en considérant le géant américain non comme un ennemi, mais comme un acteur qui doit nous inciter à prendre le nécessaire virage du digital. Bref, on le voit, les distorsions de concurrence ont créé une situation aussi ubuesque qu’explosive. À l’arrivée, toutes les parties se rejoindraient presque dans un même mécontentement.

Pas de raison cependant de sombrer dans le catastrophisme pour nos petits libraires. Les deux commerces béarnais avaient certes dû fermer de la mi-mars à la mi-avril, mais avaient ensuite pu mettre en place un système de click & collect sur les 3 dernières semaines de confinement, tout comme la Librairie Tonnet de Pau, avec laquelle elles avaient fait cause commune.

Un principe repris à l’annonce du reconfinement, avec plus de facilités qu’au printemps, car « la chaîne logistique du livre n’est cette fois pas à l’arrêt, et les livraisons et ventes peuvent donc continuer ». On rappelle que l’association des « Librairies Indépendantes en Nouvelle-Aquitaine », qui regroupe une centaine d’entre elles, est dotée d’un site web dédié où les clients peuvent consulter leurs stocks disponibles et prendre commande pour un retrait au plus près de chez eux. D’autres alternatives du même type existent, comme Librairiesindependantes.com (1.200 librairies), PlacedesLibraires.fr (780 librairies) et LaLibrairie.com (2.500 « points libraires » en France et en Belgique). Autrement dit, on ne peut plus vraiment reprocher aux libraires leur inertie face à l’essor du e-commerce.

Autre nouvelle intéressante : la semaine dernière, le gouvernement a exprimé sa volonté de mettre en place une « prise en charge des frais d’expédition de livres des librairies indépendantes pour favoriser la vente à distance ». Un moyen pour les libraires d’aligner leurs conditions sur les gros e-commerçants et leurs systèmes de livraison à domicile gratuite, ou quasiment. Avec néanmoins quelques petites interrogations : quid, par exemple, des petits vendeurs de livres anciens ou d’occasion sur eBay, où les frais d’envoi sont ordinairement aussi importants que pour les expéditions particulières des librairies ?

Finalement, la meilleure des nouvelles est surtout à rechercher du côté de l’activité des librairies. Depuis une semaine, les demandes de clients affluent et (on s’en félicite) plusieurs autres libraires n’ont pu trouver le temps de nous répondre. « Il y a clairement un effet de solidarité », précise Aline Audran. Solidarité qui n’a pas seulement joué via les clients : son homologue oloronais s’est vu offrir un mois de loyer pendant le confinement printanier. La claustration a donc été plutôt bien digérée : les deux libraires, en dépit d’un mois de fermeture complète, se seraient bien rattrapés depuis.

« L’impact de la fermeture en termes de chiffre d’affaires avait déjà été compensé sur l’ensemble du second trimestre », révèle ainsi Cédric Laprun, qui comme sa consœur a constaté une forte hausse des ventes en mai et juin, tendance qui s’est poursuivie pendant l’été grâce à l’afflux inaccoutumé de touristes français en juillet et en août, et ce même à Oloron, « avec une clientèle estivale qu’on n’a pas forcément l’habitude de voir dans le secteur », mais aussi une nouvelle clientèle locale. Pour L’Escampette et L’Escapade, les chiffres de ventes ont ensuite été plus conformes à une année normale en septembre et en octobre.

Regain d’intérêt pour le livre et la lecture…

Pour autant, le reconfinement actuel n’est pas sans danger : « Même si nous prenons beaucoup de commandes et que les retraits marchent bien, le fait que les clients ne puissent pas entrer dans les librairies n’est pas anodin », reprend Cédric Laprun. Car le client, naturellement, n’achète en ce moment que ce qu’il avait prévu d’acheter. Difficile, par exemple, de repartir avec 3 livres d’une boutique où l’on n’avait prévu qu’un achat déterminé à l’avance. « À court terme, c’est surmontable. Mais si cela devait durer trop longtemps, les choses deviendraient plus compliquées », conclut le gérant de L’Escapade.

Les deux commerçants restent donc suspendus aux décisions qui seront prises pour décembre, période capitale pour les libraires : « Pour les fêtes, nous faisons environ 4 fois le chiffre d’affaires d’un mois normal », illustre Aline Audran, qui comme son confrère met en avant la proximité et le contact avec les clients. On ajoutera volontiers que les fonds des librairies ressemblent toujours un peu à leurs gérants et créent une diversité enrichissante face à l’offre plus homogène des gros concurrents. La Librairie de L’Escampette, dont la page Facebook est suivie par plus de 6.000 personnes, publie régulièrement ses « coups de cœur », tandis Cédric Laprun propose quant à lui chaque semaine une lettre d’information.

Pour en finir sur une note positive, ne perdons pas de vue ce que cette année difficile nous aura fait gagner : un net regain d’intérêt pour le livre et la lecture. « Je me suis remis à lire avec le confinement » : voilà une phrase très souvent entendue par nos deux commerçants (et pas seulement !) en 2020. « Si tu possèdes une bibliothèque et un jardin, tu as tout ce qu'il te faut », écrivait Cicéron à Varron. Une sentence plus vraie que jamais, et à défaut de jardin, il nous restera toujours un bon bouquin, produit plus essentiel que jamais par les temps qui courent.

Plus d’informations sur lescampette.com et aussi sur librairie-escapade.com

Plateforme régionale des libraires indépendants – cliquez ici

À lire aussi

Commentaires


Réagissez à cet article

Les commentaires seront bientôt à nouveau disponibles sur notre site. En attendant vous pouvez réagir à nos articles en nous envoyant un email.