Abonnez-vous
Publié le

MIRACLELa voix d’Henri IV bientôt ressuscitée

Un travail exceptionnel est réalisé par un groupe de chercheurs à partir des restes momifiés du célèbre roi, né en Béarn, pour le faire parler à nouveau.
MIRACLE - La voix d’Henri IV bientôt ressuscitée
Après la modélisation du larynx en trois dimensions, l’équipe pluridisciplinaire, qui travaille sur ces organes remarquablement conservés, s’est attaquée aux sinus du Vert Galant.

C’est le bon état de la tête du roi, authentifiée formellement en 2010, qui a permis de lancer ce chantier incroyable. Comme l’a précisé Philippe Charlier, célèbre médecin légiste et paléopathologiste : « Quasiment rien n’a bougé. La langue est un peu recroquevillée, mais le larynx est absolument intact en position anatomique, et on a les fosses nasales, le pharynx, les cordes vocales... Tout comme un patient qui serait mort il y a quelques semaines ou mois ».
 
« Pour une fois, et c’est rarissime : on a la possibilité de reconstituer la voix d’un personnage historique, de faire parler un mort… En plus, on a les moyens de faire un travail réaliste, qui n’est pas le fruit de l’imagination. On sait le type de français qu’il parlait, comment on prononçait à l’époque. »
 
Pour rappel, le roi Henri avait été décapité en 1793, lors de la Révolution française. Heureusement, sa tête avait été sauvée et avait atterri dans des collections privées, qui l’ont parfaitement conservée.

Le but de cette étude était d'examiner les cavités résonantes supérieures et les mastoïdes d'Henri IV à l'aide d'une méthode de segmentation tridimensionnelle médico-légale originale et innovante. Elle a permis d’établir des hypothèses sur la croissance et les conditions respiratoires du visage.
 
« La tomodensitométrie des sinus paranasaux a révélé des anomalies de forme et de nombre. Henri IV de France souffrait d'aplasie sinusale. Ni le sinus sphénoïdal gauche ni le sinus frontal gauche ne contrastaient fortement, et une pneumatisation remarquable des apophyses clinoïdes droites s'étendait sur toute la hauteur de l'apophyse ptérygoïdienne droite. Les volumes totaux des cellules d'air mastoïdiennes d'Henri IV ont été estimés à 27 et 26 ml, respectivement, pour les côtés droit et gauche, dépassant de loin la moyenne normale et le maximum des sujets modernes. Aucun signe d'affection chronique de l'oreille ou des sinus n'a été trouvé » précise un article publié dans Clinical Anatomy.
 
Si tout se passe bien, le bon roi Henri devrait livrer ses premiers mots avant la fin de l’année. Suspens !

Commentaires (1)


Réagissez à cet article

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire

Gilles Sarramea
il y a 26 jours -
« Le bon roi Henri 4 decapité en 1793 »: Comment ré-écrire l’histoire !! Il aurait donc survécu à son assassinat pendant 183 ans !!

À lire aussi