Connection Information

To perform the requested action, WordPress needs to access your web server. Please enter your FTP credentials to proceed. If you do not remember your credentials, you should contact your web host.

Connection Type

L’école d’ingénieur de Bidart pilote un programme qui repense l’expérience internationale des étudiants en réduisant les inégalités sociales et l'impact environnemental… - PresseLib
INDEX

L'Estia au cœur de l’E-mobility franco-britannique

Le 07 Fév. 2021

L’école d’ingénieur de Bidart pilote un programme qui repense l’expérience internationale des étudiants en réduisant les inégalités sociales et l’impact environnemental…

30 étudiants de l’Estia, de Grenoble Ecole de Management et de l’University of London participeront à la phase expérimentale.


En pleine pandémie, le projet E-mobility a l’ambition de réinventer l’expérience internationale des étudiants en s’appuyant sur la digitalisation des enseignements et le croisement des visions académiques françaises et britanniques.

« Si la crise sanitaire impose une contrainte forte pour les écoles qui ont à cœur de maintenir l’excellence de leurs formations, elle est aussi constitutive d’opportunités. Le programme E-mobility en apporte la démonstration », souligne Patxi Elissalde, le directeur général de l’École supérieure des technologies industrielles avancées (Estia).

L’expérience internationale est une étape clé de la formation pour les grandes écoles. Elle permet aux étudiants de découvrir de nouvelles méthodes d’enseignement, de s’ouvrir à d’autres cultures, de s’initier ou d’approfondir les langues vivantes, de développer leur réseau à l’international… Pourtant, le coût de cette expérience et son impact environnemental sont de véritables freins pour les jeunes et leur famille.


Trois étapes pour bâtir un socle solide…

Une première phase de construction pédagogique, impliquant les enseignants et personnels d’encadrement des trois écoles partenaires, définira les acquis d’apprentissage à l’international, l’impact du distanciel et les objectifs de développement durable et de RSE.

S’en suivra une phase d’expérimentation, « Bringing International at Home », au cours de laquelle une trentaine d’étudiants, issue des trois établissements, aura pour objectif, dans un contexte interdisciplinaire et interculturel, l’élaboration d’une alternative écologique pour l’organisation de la COP 26. Ils participeront également à plusieurs workshops, conférences, cours de langues, à la visite virtuelle d’un musée britannique, à un concert et à une « cooking class ». Le tout en ligne.

Enfin, les étudiants reviendront sur leur ressenti au cours de cette phase de tests afin de proposer à l’ensemble des établissements de l’enseignement supérieur, des « Best practices » pour la digitalisation de l’expérience internationale.


L’Estia aux commandes d’E-mobility…

Cette démarche, qui fait suite à un appel à projets lancé par l’Ambassade de Grande-Bretagne, s’inscrit dans un contexte qui renforce la pertinence de ses attendus. En effet, la crise sanitaire a anéanti tout espoir de mobilité chez les étudiants, et les conséquences économiques vont accentuer les inégalités. De plus, lors du Brexit, la Grande-Bretagne a mis fin au programme Erasmus, limitant ainsi les échanges franco-britanniques.

La dimension internationale de l’école de la CCI Bayonne Pays Basque, et son interaction permanente avec le monde de l’entreprise ainsi que l’animation d’un écosystème d’innovation et de recherche lui ont permis de prendre la tête de ce tout nouveau programme de recherche.

« Repenser la façon dont nos étudiants tissent leurs liens à l’international en réduisant notre impact environnemental et en favorisant l’inclusion, grâce à l’apport des technologies numériques, constitue une réelle avancée », assure Patxi Elissalde.


Dans le cadre de la formation d’ingénieur trilingue qu’elle propose, l’Estia a tissé des relations privilégiées avec de nombreux partenaires académiques en Grande-Bretagne. Avant de participer à l’appel à projet britannique, l’établissement basque avait déjà entamé une réflexion sur la mise en place de modalités d’acquisition de l’expérience internationale par ses étudiants qui limiteraient son empreinte environnementale et favoriseraient l’inclusion.

Pour en savoir plus, cliquez ici

 

Un commentaire au sujet de cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *